Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 23:14

 

Sources : International Journal of Vaccines
du 23 Janvier 2017
http://medcraveonline.com

 

ALERTE AUX VACCINS CONTAMINÉS DE NANOPARTICULES TOXIQUES

 

DEMANDE D’UN MORATOIRE POUR LES VACCINS À L’ÉCHELLE EUROPÉENNE

 

Question à toutes les institutions nationales et européennes de Santé ainsi qu’à tous les partis politiques européens :

Pourquoi y a-t-il des nano composants de tungstène, titane, zirconium, hafnium, strontium, aluminium, nickel, antimoine, bismuth, cérium, cuivre, plomb, étain, baryum, vanadium, sodium…, tous plus toxiques les uns que les autres dans les vaccins diffusés à l’échelle mondiale par les laboratoires GlaxoSmithKline, Pfizer, Berna Biotech, Sanofi Pasteur, Novartis, Wyeth Pharmaceutical, Baxter, etc.

 

Posez la question à votre candidat préféré en France, en Allemagne, en Italie et dans tous les autres pays d’Europe et au-delà…

 

DES COMPOSANTS MÉTALLIQUES NANOMÉTRIQUES TOXIQUES DANS LES VACCINS !

Une étude visant à rechercher des nano-particules dans les vaccins a été réalisée par les docteurs Antonietta M. Gatti et Stefano Montanari pour le Conseil National de Recherche d’Italie. Les résultats de leurs nano-diagnostics ont été publiés dans l’International Journal of Vaccines le 23 janvier 2017.

44 types de vaccins venant de France et d’Italie ont été analysés afin d’approfondir les études sur leurs effets secondaires. Pour ce faire, une méthode d’investigation par microscopie électronique à balayage avec microsonde à rayons X a été appliquée.

Les résultats de cette nouvelle étude montrent la présence de particules micro et nanométriques composées d’éléments inorganiques dans des échantillons de vaccins. La présence de ces contaminants particulaires reste à ce jour inexpliquée. Ils ne sont par ailleurs jamais signalés par les fabricants de vaccins.

Ces nanoparticules sont considérées comme non biodégradables et ne sont pas biocompatibles. Leur présence dans les vaccins permet d’étudier sous un angle nouveau les causes de certains effets secondaires. Elle permet également une nouvelle approche quant aux accidents post-vaccinaux et certaines maladies qui en découlent, autisme, sclérose en plaque, désordres immunitaires, maladies neuro-dégénératives, voire mort subite du nourrisson…

 

Particules nano retrouvées dans les vaccins

La gamme des micro et nano contaminants est très large. L’étude révèle la présence de métaux nanométriques ou combinés nano de :

tungstène, titane, zirconium, hafnium, strontium, aluminium, nickel, fer, antimoine, chrome, or, zinc, platine, argent, bismuth, cérium, cuivre, plomb, étain, baryum, vanadium, magnésium, souffre, silicium, calcium, sodium, manganèse…

 

Effets biologiques du tungstène

L’injection (intramusculaire) de microparticules d’un alliage de tungstène (contenant 91,1 % de tungstène, 6 % de cobalt et 2,9 % nickel) chez des rats de laboratoire a rapidement causé l’apparition de cancers avec tumeurs métastatiques agressives sur le site d’implantation. On trouve cependant du nano tungstène combiné ou non, dans les vaccins Infanrix Hexa, Typhérix, Priorix du laboratoire GlaxoSmithKline, dans le vaccin Menjugate de Novartis, dans les vaccins Prevenar et Meningitec du laboratoire Pfizer, dans le vaccin Meningitec de Wyeth Pharmaceutical (UK).

 

Effets biologiques du strontium

Le strontium non radioactif est toxique pour l’animal et l’humain. En synergie avec d’autres produits tel que le chrome, il provoque des cancers du poumon. Le strontium sous forme de carbonate (SrCO3) ingéré peut provoquer des crampes, la contraction douloureuse de différents muscles. Le nitrate de strontium (SrNO3) engendre des problèmes cardiaques, pulmonaires, hépatiques et rénaux. On retrouve un combiné nano de strontium/aluminium dans le vaccin anti-typhoïde Vivotif Berna du laboratoire Berna Biotech.

 

Le chrome

Il fait partie des métaux toxiques. L’ingestion de sels de chrome entraine inflammation du tube digestif, nécrose, diarrhées hémorragiques, puis coma. Il est cependant présent en combinaisons nanométriques dans les vaccins : Typhim de Adventis Pasteur ; Mencevax, Infanrix Hexa, Typherix, Fluarix, Cervarix du laboratoire GlaxoSmithKline, Anatetal, Dif-Tet-All, Focetria, Agrippal, Menveo du laboratoire Novartis ; Prevenar 13 et Meningitec du laboratoire Pfizer ; Vaxigrip, Stamaril, Repevax, MMR Vaxpro du laboratoire Sanofi-Pasteur.

 

Effets biologiques du Hafnium

Le hafnium sous la forme de métal ne pose normalement pas de problème. Il y a très peu d’études dessus. Par contre, tous les composés du hafnium sont considérés comme toxiques. Le composé ZrAlHaf (zirconium aluminium hafnium) retrouvé dans le vaccin anti-typhoïde du laboratoire Berna Biotech a toutes les chances d’être un toxique aux effets totalement inconnus sur la santé.

 

Effets biologiques de l’antimoine

Vu la grande toxicité de l’antimoine, Santé Canada a émis une norme provisoire pour la concentration maximale acceptable pour l’eau potable qui est de 6 µg/L. Par contre, l’antimoine semble toléré dans les vaccins. On en retrouve dans le vaccin Menjugate de Novartis.

 

Le bismuth

Le bismuth est très toxique engendrant des dégâts sur le foie, les reins. C’est un neurotoxique affectant l’ensemble du système nerveux central. Ses effets sur l’embryon ou le fœtus n’ont jamais été étudiés. On en retrouve cependant dans les vaccins : Varilix et Fluarix du laboratoire Glaxo ; Agrippal de Novartis ; Gardasil, Repevax, MMR-Vaxpro de Sanofi Pasteur.

 

Toxicité du baryum

L’intoxication aiguë au baryum chez l’homme se manifeste par plusieurs signes et symptômes tels que des douleurs abdominales intenses, des diarrhées sanglantes, des troubles cardio-vasculaires. L’intoxication aiguë peut aussi se solder par la mort, soit à cause d’une insuffisance respiratoire, soit en provoquant un problème cardiaque. On en retrouve dans le vaccin Tetabulin du laboratoire Baxter, le vaccin Anatetal du laboratoire Chiron, dans les vaccins Infanrix Hexa, Typherix, Fluarix du laboratoire GlaxoSmithKline ; dans les vaccins Anatetal, Dif-Tet-All, Agrippal, Fluad, Menveo du laboratoire Novartis, dans Prevenar 13 de Pfizer, dans Gardasil, Repevax, MMR-Vaxpro du laboratoire Sanofi Pasteur…

 

Nano mais méga toxique

Outre la toxicité avérée de certains métaux, il est à noter qu’à échelle nanométrique les effets nocifs sont surmultipliés. Tous ces éléments en effet, peuvent passer la barrière hémato-encéphalique, coloniser le cerveau et en règle générale, pénétrer toute cellule du corps humain. Ils ont un effet mutagène sans limite à leur échelle.

Reste à savoir si ces éléments sont dans les vaccins de manière fortuite ou si leur insertion est intentionnelle. Si c’est fortuit, il est inconcevable que des vaccins différents disposent d’exactement les mêmes structures nano-métalliques. Or, c’est le cas.

En effet, la formule AlSiTi (aluminium, silicium, titane) par exemple, se retrouve dans les vaccins des laboratoires Berna Biotech, Novartis et Glaxo-SmithKline. Ces éléments nanométriques vaccinaux ne sont jamais signalés par les laboratoires. Que font-ils là ? Quelle est leur fonction ? Les vaccins ne seraient-ils qu’un prétexte pour des expériences d’ingénierie nano-biologiques sur les populations ? Dans quel but ?

 

Comment évaluer les risques vaccinaux ?

Avec ces nouvelles découvertes, tout reste à faire pour évaluer scientifiquement les risques de ces soupes vaccinales truffées de nano-composants et de combinaisons nano-métalliques dont on ne connaît à peu près rien. Comment évaluer les effets sur la santé humaine d’une combinaison de zirconium, d’aluminium et de hafnium (ZrAlHf) ? Le ZrAlHf a-t-il fait l’objet d’une étude toxicologique ? Non !

De fait, pour toutes ces formules de métalloïdes, il n’y a à notre connaissance aucune publication scientifique, aucune étude toxicologique et encore moins lorsqu’ils sont combinés à du calcium, du carbone, du silicium, du soufre ou du phosphore. De plus, certaines combinaisons nano-métalliques nous semblent physiquement impossibles. Pourtant elles existent bien !

Comment les laboratoires fabriquant les vaccins ont-ils pu faire de telles prouesses nano-physiques à une si grande échelle ? Cela ne relève, a priori pas de leur domaine de compétence ! Une nouvelle science nano-biologique existerait-elle en marge de nos académies de médecine ? Les vaccins seraient-ils à notre insu, le vecteur d’une néo-science qui ne nous est pas contée ? La maladie des Morgellons trouverait-elle enfin là une explication ?

Un large débat avec les laboratoires et les autorités de santé va devoir s’ouvrir. Sans intégrer ces nouvelles données, il est aujourd’hui impossible d’évaluer le risque vaccinal.

 

F. Morin

Sources : International Journal of Vaccines
du 23 Janvier 2017
http://medcraveonline.com

Ci-dessus l’analyse de 44 vaccins par Nanodiagnostics srl, Italy des docteurs Antonietta M Gatti et Stefano Montanari pour le Conseil National de Recherche d’Italie.
Publication Morphéus n° 81 de mai juin 2017.

Source: morpheus.fr

Via fawkes-news.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Vaccins
commenter cet article
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 22:33

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Vaccins
commenter cet article
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 20:00

 

Fabrice ROUSSELOT De notre correspondant à New York(Mis à jour : )

Colorisation du virion du virus Ebola révélant sa structure.   VU DES ETATS-UNIS

Selon CNN, les deux Américains qui avaient contracté le virus Ebola au Liberia auraient été «vraisemblablement sauvés» grâce à un sérum secret envoyé des Etats-Unis.

 

Colorisation du virion du virus Ebola révélant sa structure. (Photo Reuters)

 

Les deux Américains qui avaient contracté le virus Ebola au Liberia auraient été «vraisemblablement sauvés» grâce à un sérum secret qui leur a été envoyé des Etats-Unis la semaine dernière. C’est ce qu’affirme lundi la chaîne américaine CNN, en citant une «source familière» avec les détails de l’opération.

Selon CNN, un représentant des National Institutes of Health (des agences gouvernementales américaines en charge de la recherche médicale) aurait ainsi contacté l’ONG Samaritan’s Purse, qui emploie le Dr Kent Brantly et l’aide soignante Nancy Writebol au Liberia, afin de lui offrir ce traitement expérimental baptisé ZMapp, qui est développé par la firme de biotechnologie Mapp Biopharmaceutical Inc, basée à San Diego en Californie.

Les deux patients auraient été informés que ce «sérum» n’avait jamais été testé sur des humains mais avait montré des résultats prometteurs sur des singes. Selon des documents obtenus par CNN, quatre singes infectés avec Ebola auraient survécu après avoir reçu une dose de ZMapp vingt-quatre heures après le début de la maladie. Plusieurs autres sources citées par CNN assurent que, malgré les risques, Kent Brantly et Nancy Writebol auraient accepté d’essayer le traitement. Trois flacons de ZMapp auraient alors été envoyés de Californie vers le Liberia jeudi dernier. Le sérum serait un anticorps développé à partir de cellules de souris infectées.

Le premier à prendre le traitement aurait été Kent Brantly. Alors que sa condition physique s’était détériorée, selon CNN, il aurait été capable de prendre une douche le lendemain matin, puis de s’envoler vers les Etats-Unis, où il est arrivé samedi. L’aide soignante Nancy Wribebol aurait réagi de façon moins spectaculaire mais était décrite lundi comme stable et devait être évacuer vers les Etats-Unis. 

Interrogés par Libération, les National Institutes of Health  (NIH) ont publié un communiqué pour confirmer que des contacts avaient bien eu lieu entre l’ONG Samaritan’s Purse et une chercheuse des NIH  travaillant en Afrique de l’Ouest qui a donné des informations sur les traitements expérimentaux en cours. Mais selon les NIH, cette chercheuse ne représentait pas «officiellement» le gouvernement américain et l’envoi du médicament aurait été organisé par le fabricant,  Mapp Biopharmaceutical. 

 

Source : liberation.fr

 

Ce sérum secret sera-t-il envoyé en Guinée, Sierra Leone et au Liberia. Rien n'est moins sur, car ces pays n'ont pas les moyens de payer les vaccins des entreprises pharmaceutiques.

Peut-être que ce virus est une arme biologique à but eugénique :

Voir le film : Outbreak  

 

 

 

 

 

 

 

http://www.courrierinternational.com/article/2009/12/17/dix-commandements-pour-l-apres-catastrophe

http://philip.dru-administrateur.nwo.over-blog.com/2014/07/2014-moins-nombreux-plus-heureux-l-urgence-ecologique-de-repenser-la-demographie-livre-collectif-coordinateur-michel-sourrouille.htm

http://philip.dru-administrateur.nwo.over-blog.com/article-etude-sur-la-nature-des-mouvements-ecologistes-et-leurs-veritables-objectifs-105115716.html 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Vaccins
commenter cet article
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 13:20

Apparement l'Institut Pasteur veut vendre des nouveaux vaccins grace à une nouvelle épidémie... à suivre. Article sur le même sujet.

 

Comment 2 349 tubes contenant des fragments du virus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) ont-ils pu disparaître d’un laboratoire de l’Institut Pasteur ? Et le coronavirus SRAS, potentiellement perdu dans la nature, pourrait-il faire de nouvelles victimes, onze ans après la pandémie qui avait infecté 8 000 personnes et causé la mort de plus de 800 malades ?

La réponse à la seconde question est claire : d’après le comité d’experts réuni à la demande du ministère de la santé, le risque infectieux est « nul » car les éprouvettes égarées ne contenaient qu’une partie du virus. Incomplet, celui-ci est inoffensif, y compris en cas de contact, de transmission aérienne ou d’ingestion.

Passée la question de la dangerosité, celle de savoir comment l’institution a pu perdre plusieurs milliers de tubes de SRAS demeure. Plus de deux mois après l’inquiétante découverte – et quelques jours après en avoir fait l’annonce officielle par communiqué de presse –, l’Institut Pasteur n’est toujours pas en mesure d’expliquer avec certitude ce qui a pu se produire.

« UNE SITUATION INACCEPTABLE ET INCROYABLE »

Fin janvier, des membres du personnel effectuent l’inventaire annuel quand ils remarquent une anomalie. Dans le congélateur d’un laboratoire P3 – un type de laboratoire très sécurisé où sont manipulés des virus pouvant entraîner des pathologies graves – à l’endroit où auraient du se trouver 2 349 petits tubes de quelques centimètres de hauteur, il n’y a rien. Les échantillons inscrits dans la base de données sont introuvables.

Deux mois plus tard, Christian Bréchot, le directeur général de l’Institut Pasteur, reste sidéré : « C’est une situation inacceptable et incroyable ! » Aussitôt après la constatation de l’absence des tubes, l’institut lance une enquête.

Pendant plusieurs semaines, le matériel, les personnes et les procédures sont passés en revue. « On a cherché ces boîtes [les échantillons étaient disposés dans 29 boîtes] partout. On a repris les listes de toutes les personnes qui avaient travaillé ici depuis un an et demi, y compris les stagiaires. On a analysé les profils pour vérifier qu’il n’y ait pas eu de conflit », détaille le directeur général.

Cependant, l’hypothèse d’un acte malveillant est « hautement improbable » d’après Christian Bréchot. D’abord parce que la réglementation en matière de micro-organismes et toxines hautement pathogènes (MOT) – famille à laquelle appartient le SRAS – est très contraignante.

« ON DOIT TOUT ENVISAGER »

Comme l’explique un chercheur qui souhaite garder l’anonymat, « quand on travaille sur les MOT, l’étiquetage des tubes est fait de telle manière qu’une personne étrangère au laboratoire, qui n’a pas accès à la base de données, ne peut pas savoir ce que les éprouvettes contiennent ».

Autre point qui discrédite la thèse d’une manipulation malveillante : on ne peut sortir d’un laboratoire classé P3 qu’en passant par un sas de désinfection. Le virus n’y aurait pas survécu. Et puis, plus simplement, il y a la question de l’accès. Sur les 2 500 personnes qui travaillent au sein de l’Institut Pasteur, seules 150 travaillent sur les MOT et ont accès aux différents laboratoires P3. Pour y entrer, il faut passer par le service personnel.

Article complet sur Le Monde  via les moutons enragés

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Vaccins
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 01:27


ALLEMAGNE


Un vaccin antigrippe A réservé aux seules autorités crée un tollé


Par MICHEL VERRIER / BERLIN le 20.10.2009 à 00:01

La population recevrait un vaccin différent de celui prévu pour les dirigeants, le personnel de l’Etat et l’armée. Une question d’adjuvants. La polémique secoue tout le pays.

Face au virus de la grippe A, il y aurait un vaccin pour le peuple et un autre pour ceux qui le gouvernent. L’information s’est répandue comme une traînée de poudre dimanche et hier en Allemagne. Le Pandemrix, le vaccin fabriqué à Dresde par la firme GlaxosSmithKline (GSK), est destiné aux citoyens ordinaires. Il a été commandé à 50 millions d’exemplaires. Mais, pour les responsables politiques, les employés de l’Etat et les soldats, le Ministère de l’intérieur a commandé 200?000 doses de Celvapan fabriquées par le groupe Baxter.

La différence? La présence d’adjuvants: le Pandemrix en contient en effet, à l’inverse du Celvapan. Or les effets de ces substances sont mal maîtrisés, selon certains spécialistes, même si elles semblent bénéfiques au premier abord.

L’adjuvant est supposé renforcer l’efficacité du vaccin, permettant de réduire ainsi la présence des extraits de virus morts dans le médicament pour faire réagir l’organisme. Le Celvapan, dépourvu d’adjuvant lui – comme le vaccin équivalent de la firme suisse Novartis – doit à l’inverse intégrer une dose supérieure de virus inoffensif pour produire le même effet.

Vaccin de la chancelière
Mais les adjuvants peuvent produire des effets secondaires. Pis même, selon le Dr?Wolfgang Becker-Brüser, responsable de la revue médicale de référence Arznei-Telegram: «Leurs effets n’ont pas été vérifiés pour les enfants de moins de 10?ans et les femmes enceintes.» Pour ces dernières, «dont la vaccination relève d’une problématique complexe, la commission officielle des vaccinations recommande l’usage de vaccins sans adjuvants».

Nombre de médecins étaient déjà très réticents à l’égard d’une campagne de vaccination, «dont l’utilité reste à prouver». Face à l’avalanche de critiques, le ministre de l’Intérieur, Wolfgang Schäuble, assurait hier que l’accusation de «médecine à deux vitesses» n’avait aucun sens. Angela Merkel s’en remettrait, elle, à son médecin, qui devrait lui délivrer un vaccin commun, et non le «vaccin de la chancelière», comme certains mauvais esprits ont déjà baptisé le Celvapan.

 

Source le journal Suisse (24 heures) :http://archives.24heures.ch/actu/monde/vaccin-antigrippe-reserve-seules-autorites-cree-tolle-2009-10-19

Source Le Monde (Le vaccin pandemrix soupconne d'entrainer des risques de narcolepsie) : http://www.lemonde.fr/sante/article/2012/09/20/le-vaccin-pandemrix-soupconne-d-entrainer-des-risques-de-narcolepsie_1763335_1651302.html

British Medical Journal:http://www.bmj.com/content/346/bmj.f794/rr/638591

Autres Sources:http://fonzibrain.wordpress.com/tag/baxter/

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Vaccins
commenter cet article
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 12:46

 

Pour mieux combattre le virus de la grippe aviaire, un groupe international de chercheurs a proposé mercredi de créer une forme mutante en laboratoire.

Reconstitution numérique d'un virus de la grippe.

Reconstitution numérique d'un virus de la grippe. © AFP

 

Bientôt un nouveau virus H7N9 OGM et donc un nouveau vaccin, tous deux venus des laboratoires et plein de billets tout neufs... Ça ressemble fort à l'arnaque du H5N1 de 2011.

 

Source AFP

 

Ce pourrait être le début d'un film catastrophe. Un groupe international de chercheurs a proposé mercredi de créer en laboratoire un virus mutant de la grippe aviaire (H7N9) capable de se transmettre entre mammifères ou de résister aux antiviraux pour mieux combattre cet agent pathogène dangereux et éviter une possible pandémie dévastatrice. Ce virus particulièrement virulent est apparu en Chine au début du printemps et a infecté plus de 130 personnes dans ce pays dont 43 sont mortes.

Mardi, une étude parue dans le British Medical Journal fait part du premier cas de transmission entre humains de H7N9 en Chine. Les deux personnes infectées, le père et sa fille, sont décédées. De plus, le virus a montré des signes de résistance aux principaux antiviraux. L'épidémie est maintenant sous contrôle grâce à la fermeture de nombreux marchés de volailles, principale source d'infection, et au fait que les températures sont plus chaudes en été. Mais, expliquent ces chercheurs, dont notamment les virologues néerlandais Ron Fouchier (Rotterdam) et américain Yoshihiro Kawaoka de l'université du Wisconsin-Madison, le virus pourrait réémerger avec des mutations à l'approche de l'hiver avec la capacité potentielle de se transmettre par voie aérienne entre humains.

Des virus génétiquement modifiés

Le Dr Fouchier et ses collègues décrivent dans leur lettre publiée dans la revue américaine Science et britannique Nature l'approche qu'ils entendent suivre pour décoder en laboratoire les processus moléculaires clés de H7N9 avec des manipulations génétiques, créant en d'autres termes un virus mutant plus virulent, résistant aux antiviraux ou capable de se transmettre entre des mammifères, soit potentiellement entre humains.

Avec ces expériences, ils espèrent "trouver ce qui rend cet agent pathogène potentiellement mortel pour l'homme et les moyens d'arrêter sa possible propagation". Ils expliquent que, dans ce cas, les études épidémiologiques classiques et la surveillance ne donnent pas assez de temps aux autorités sanitaires pour élaborer une réponse efficace contre une éventuelle pandémie. Ces chercheurs soulignent aussi qu'ils prendront les précautions qui s'imposent pour travailler avec des virus génétiquement modifiés et respecteront les réglementations mises en place en 2012 par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et les États-Unis pour les travaux controversés sur le virus de la grippe H5N1.

Le Dr Fouchier et son collègue Yoshihiro Kawaoka avaient chacun de leur côté créé un virus mutant H5N1 de la grippe capable de se transmettre entre mammifères. Les autorités américaines avaient bloqué la publication de leurs études en 2011, et ce, pendant plusieurs mois en avançant le risque bioterroriste ou qu'un tel virus s'échappe du laboratoire. Elles avaient demandé que des mesures soient prises pour mener de telles recherches avant qu'elles puissent reprendre, ce qui n'est toujours pas le cas aux États-Unis, selon Ron Fouchier.

Une controverse "salutaire"

Il a précisé que les travaux sur le virus mutant H5N1 avaient recommencé dans son laboratoire à Rotterdam. Un groupe de 40 scientifiques avaient également accepté un moratoire sur ce type de recherche, qui a été levé plus tôt cette année. Les chercheurs soulignent dans leur lettre que la controverse suscitée par les recherches sur le virus mutant H5N1 "a été salutaire, car elle a relancé le dialogue sur la sécurité sanitaire des laboratoires et sur le double usage des recherches", civiles et militaires.

Aux États-Unis, des contrôles supplémentaires ont également été mis en place pour minimiser les risques dans les laboratoires, notent-ils. Dans une correspondance publiée mercredi, le ministère américain de la Santé indique que toutes recherches qu'il finance visant à créer des virus H7N9 capable de se transmettre entre des mammifères par voie aérienne feraient l'objet d'un examen accru.

Source plus video sur: Le Point.fr

 

Pour aller plus loin...

 

 

Décodage du film "Contagion"

Peu importe que vous ayez vu ou non le film (je ne sais même pas s'il est sorti en France), c'est son message qu'il est intéressant d'analyser, ce que fait très bien le site de Vigilant Citizen. Je ne pense pas que les français se laisseront prendre par la propagande du film, tout du moins autant que les naïfs et infantilisés américains.

Ceux qui auront eu le courage de le voir pourront-ils témoigner de leur ressenti ?

Pour info, on voit que la propagande a bien fonctionné en France, quand on lit cet article.
 

'Contagion' ou comment les films-catastrophe ''éduquent'' les masses 

Par Vigilant  Citizen, 8 mars 2012

Les films hollywoodiens sont présentés habituellement comme une forme de divertissement, mais leurs scénarios masquent souvent un agenda spécifique. Les ''films-catastrophe'', films de fin du monde au travers de diverses crises populaires, sont particulièrement intéressants car ils suivent tous la même formule de base et glorifient les mêmes entités. Dans cet article, nous verrons le film-catastrophe 'Contagion' et sa manière d'enseigner aux spectateurs à qui faire confiance ou non durant une crise.
"Rien ne se répand mieux que la peur"
La plupart des gens vont voir des films pour se distraire. Et bien, pour moi je peux dire qu'il n'y a absolument rien de distrayant dans Contagion. En fait, la seule différence entre ce film et les films éducatifs sponsorisés par l'état montrés dans les écoles est qu'avec Contagion vous devez payer pour être endoctriné...et pour voir Matt Damon. Pendant la guerre froide, on a montré à des étudiants comment apprendre à se mettre à couvert en cas d'attaque nucléaire. Contagion conditionne les masses à s'attendre à la loi martiale et à se précipiter d'eux-mêmes sur le premier vaccin disponible en cas de crise.
Mettant en scène de grandes stars comme Matt Damon, Laurence Fishburne, Jude Law et Gwyneth Paltrow (ainsi que Marion Cotillard, pour la distribution française, NdT), Contagion est un film à grand budget, mais également une promotion publicitaire spécifique nationale et des agences internationales tout en encourageant des comportements spécifiques de la part du public. Le scénario du film semble suivre la grande peur du H1N1 de 2009 qui a laissé dans l'incertitude sur le risque réel du virus. En fait, après des mois de nouvelles terrifiantes couronnés par une campagne de vaccination massive, une part importante de la population a conclu que la peur du H1N1 était grandement exagérée et a pensé qu'un vaccin n'était pas nécessaire.

À la suite de cette ''crise'', l'organisation mondiale de santé des Nations-Unies (connue aussi sous le nom d'OMS) a été sévèrement critiquée et même accusée de collusion avec Big Pharma pour la vente de vaccins. Les centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) a vu aussi sa crédibilité ternie car des enquêtes ont révélé que l'agence avait trompé le public quant au nombre de cas réels de H1N1. Le résultat fut que ces deux agences ont eu besoin d'acrobaties de leur service de relations publiques pour restaurer leur crédibilité et flanquer la frousse au public. Voici où Contagion entre en scène.

Réalisé par Steven Soderbergh, Contagion a été produit avec l'active coopération du CDC, de l'OMS et d'autres organisations gouvernementales et sa fonction est claire : présenter un scénario catastrophe hyper réaliste pour justifier des campagnes de vaccination promues par ces agences tout en discréditant ceux qui les critiquent.

Rien dans le film ne fait allusion au fait que c'est une œuvre de fiction. Tout au contraire, tout dans Contagion est fait pour être le plus réaliste possible, en utilisant des lieux réels et des agences du gouvernement pour rendre l'histoire plausible – et pour effrayer autant que possible les masses. Comme le dit le slogan du film : ''Rien ne se répand plus que la peur'' et les gars, il essaie vraiment de le faire. Le message de ce film est :''Rien n'a été exagéré, et la prochaine fois qu'il y a une épidémie de virus, écoutez-nous...sinon vous mourrez''.

Le rôle des films-catastrophe
Les films-catastrophe sont souvent des films d'action à sensation qui se risquent dans une version des choses fascinante du style ''Que se passerait-il si cela arrive''. Alors que certains sont très exagérés et à la limite du fantastique, d'autres, comme Contagion, accentuent le réalisme et les événements réels. Ces films tendent à toucher les foyers des spectateurs parce qu'ils les amènent à penser ''ceci pourrait m'arriver''. Les films-catastrophe exploitent la peur latente que des événements récents ont causé au psychisme des masses, exploitant l'anxiété et le traumatisme causés pour créer une tension et une terreur chez les spectateurs. Puis l'aspect ''agenda'' de ces films enfonce le clou en proposant aux spectateurs le meilleur (et le seul) moyen pour résoudre ces problèmes. Des groupes particuliers et les agences jouent un rôle honorable, utile et digne de confiance pendant la période de crise, alors que d'autres sont dépeints comme des entraves et même des traîtres. Le drame qui s'ensuit devient une occasion de programmation prédictive, quand les étapes du film pour résoudre le problème apparaîtront ensuite normales aux masses si elle se produisent dans la vie réelle.

En même temps que la toute importance des autorités, les masses sont inévitablement présentées comme un troupeau d'idiots sujet à paniquer qu'on doit laisser à l'écart.
 
Quelle solution propose donc Contagion en cas d'épidémie de maladies mortelles ? La loi martiale et des vaccinations massives. Qu'arriverait-il si jamais une vraie maladie se déclarait ? La loi martiale et des vaccinations massives. Les masses remettraient-elles en question ce type de réponse drastique à une crise, qu'elle soit peut-être ou non nécessaire ? Non, parce que des centaines d'heures des médias ont préparé le terrain pour ce genre de situation. Regardons les principaux composants et messages trouvés dans Contagion.
 
La peur se répand plus vite que les microbes
Le film démarre en montrant comment quelques personnes malades, en déplacement pour leur routine quotidienne, peuvent facilement contaminer des milliers de gens. Le sujet d'introduction est simple : un virus mortel peut se répandre autour du monde en quelques jours. Ce scénario terrifiant et pourtant réaliste est une manière très efficace d'accrocher l'audience et de causer un état de frayeur. Pendant ces scènes, la caméra zoome pendant quelques secondes sur des objets communs qui peuvent transmettre les microbes comme des verres, assez longtemps pour que le spectateur réalise :''Hé, je touche parfois ces choses ! Cela pourrait être moi ! Aaaah !''
 
Ce gars pourrait infecter tout le bus. Pour ajouter au drame et apporter un facteur de peur, ils citent les noms de grandes villes et leur population.
 
Même un câlin est dangereux
Attention au verre d'eau qu'on vous tend
La majorité de ceux qui sont infectés par le virus ne vivent pas longtemps. Dans une série de scènes déchirantes, l'un des personnages principaux, Mitch Emhoff (joué par Matt Damon), voit sa femme et son fils perdre la vie. Les spectateurs voyant cette tragédie se jouer sont conduits à penser ''Hé, c'est la pire chose qui pourrait m'arriver ! Aaaaah !''
Voir cette femme mourir du virus est tout à fait perturbant et aide sans aucun doute à créer un climat de peur
Ce film est sorti seulement deux ans après l'éruption de H1N1 et le battage médiatique qui l'a entourée, de sorte que la peur est toujours latente chez beaucoup de gens. Ces scènes de Contagion réactivent la crainte du virus qui a été implantée à l'intérieur des gens... et en ajoutent d'autres. Après quelques minutes de scènes paniquantes, la plupart des spectateurs diront ''Oh mon Dieu, que quelqu'un fasse quelque chose pour ce virus ! Ce type a perdu sa femme et son fils, c'est horrible ! Argh !'' Les héros se retroussent les manches et prennent les choses en charge...et justement c'était prévu dans le scénario du film.
Les organisations qui prennent les choses en main
Dans Contagion, dès que le virus devient menaçant, le gouvernement américain tout entier s'échappe vers un ''lieu non révélé'' et ''cherche un moyen de travailler en ligne''. Pendant ce temps, des organisations non-gouvernementales (ONG) sont identifiées dans le film comme des héros et les gens parfaits pour gérer la crise. On fait la promotion de ces organisations aux spectateurs et on leur octroie automatiquement une légitimité et de la confiance. Ceux qui sont éduqués par rapport à l'agenda de l'élite pour un Nouvel Ordre Mondial savent que ces organisations sont connues pour faire avancer cet agenda et tout ce qui va avec. En bref, le film dit ''Si une crise de ce genre se produit, le gouvernement disparaîtra, la démocratie sera suspendue et les ONG superviseront''.
Les agences identifiées dans le film sont :
Le centre de contrôle des maladies qui a toujours fait une lourde promotion des vaccins
 
L'OMS
 
La FEMA et la Croix Rouge américaine gèrent les civils. Contagion montre aux spectateurs comment les situations d'urgence pourraient rapidement conduire à la loi martiale, qui entraînerait automatiquement la création de camps civils gérés par la FEMA, qui a eu besoin d'un bon service de relations publiques après  l'ouragan Katrina.
 
Bien sûr, l'armée américaine est partout depuis que la loi martiale a été instaurée
Donc, à la suite d'une ''crise biologique'', le gouvernement américain démocratiquement élu est dissout à la base et des organisations spécifiques (CDC, OMS, FEMA, l'armée américaine) prennent en charge tous les aspects de la société. Et cette prise en charge se passe d'une manière très particulière : loi martiale et camps civils.


Loi martiale
Dans Contagion, le virus mortel est nommé MEV-1 et la conséquence sociale de l'épidémie est dépeinte de manière spécifique. D'abord, la population, toujours décrite comme idiote, moutonnière et encline à la violence, devient incontrôlable. Les masses sont toujours décrites en train de paniquer, de hurler, de voler, de se battre et de piller. Ceci amène à une rupture de l'ordre social et un état hors la loi.
 
Des gens pillent une pharmacie pour récupérer des médicaments
À chaque fois que des gens se rassemblent, tout un tas de bazar s'ensuit. Cela va avec le concept d'infantilisation des masses, qui demande d'être pris en charge par des autorités ''parternalistes''. Et bien c'est ce que font les autorités.
 
Les citoyens sont alors dirigés vers les camps de la FEMA.
L'armée américaine impose la loi martiale et place l'état du Minnesota en quarantaine, bloquant tout le trafic pour sortir de l'état. Ceux qui cherchent à quitter l'état sont forcés de faire demi-tour et de rentrer chez eux.
 
Ce stade a été transformé en camp FEMA
 
Les civils (même ceux en bonne santé) voient leurs droits révoqués et sont dirigés vers des camps de la FEMA où ils sont nourris et logés. dans cette scène le manque de ''repas individuels" pour nourrir toute la population du camp déclenche une bagarre.
Les théories conspirationnistes
Si des groupes et des organisations précis sont identifiés par le film comme ''compétentes'' et ''dignes de confiance'', d'autres groupes reçoivent un tout autre traitement, à savoir les médias alternatifs. Personnifiées par un blogger nommé Alan Krumwiede (joué par Jude Law), les médias alternatifs sont présentés comme des sources peu fiables orientées vers le sensationnalisme et le profit. En d'autres mots, le film implique que l'information qui ne provient pas de sources ''officielles'' est invalide et potentiellement dangereuse. Pas vraiment un message sur la liberté d'expression.
"Sérum de vérité", un blog tenu par Alan Krumwiede, rassemble de nombreux news alternatives du web. Ce genre d'information, qui ne provient pas des médias de masse ou de sources gouvernementales, est définitivement non dépeint positivement.
Dès le début, Alan Krumwiede est dépeint comme un blogger douteux avec une éthique de travail discutable et qui ne montre pas beaucoup de respect pour les journalistes ni la communauté scientifique. Quand il essaie de donner une de ses histoires à publier dans un journal appelé The Chronicle, elle est rejetée en raison du manque de preuves derrière son histoire. Quand il contacte un scientifique à propos du virus, le scientifique répond : ''Blogger n'est pas écrire, c'est un graffiti avec de la ponctuation''.
Malgré le manque de respect pour les organismes ''compétents'', Alan Krumwiede a une large audience et se vante fièrement d'avoir des millions de visiteurs uniques par jour sur son site. Il y déclare qu'un traitement contre le virus MEV-1 existe et qu'il s'appelle Forsythia mais il est réprimé par les élites pour vendre des vaccins. Il presse aussi ses lecteurs de ne pas prendre de vaccins donnés par les autorités.
Le gouvernement ne tolère apparemment pas ce genre de dissidence. Un agent clandestin organise un coup monté contre Krumwiede afin de l'arrêter. Quand il découvre le stratagème l'agent dit à Krumwiede : ''Alan, je n'ai pas eu le choix, ils ont vu ton blog''. Des agents du gouvernement apparaissent ensuite de nulle part et arrêtent Krumwiede pour ''fraude sur la sécurité, conspiration et mise en danger de la vie d'autrui''.
 
Krumwiede est arrêté à cause du contenu de son blog.  Contagion délivre un puissant message contre les sources  "d'information alternative" : Diverger des ''sources officielles'' est dangereux et interdit par la loi.

On apprend plus tard que le Forsythia était un mensonge et que Krumwiede a gagné 4,5 millions de dollars en le vantant à ses lecteurs. Le chef de la sécurité veut le mettre en prison pour ''très très longtemps''. Pourtant grâce à sa popularité, Krumwiede a sa caution payée parce que, comme le déclare le chef de la sécurité : ''Normal, il y a 12 millions de gens aussi fous que vous''.
Le personnage d'Alan Krumwiede et la manière dont il est décrit est intéressant pour plusieurs raisons. D'abord, il reflète l'influence grandissante des blogs et médias alternatifs sur l'opinion publique – phénomène récent qui ne colle pas bien avec la recherche des élites pour un monopole de l'information. En montrant au public ce personnage malhonnête, corrompu et même dangereux, le film justifie le dédain pour de tels écrivains et même leur arrestation. Personne dans le film semble penser que tout ceci est une violation directe du Premier Amendement.

Deuxièmement, quand le vaccin H1N1 a été diffusé en 2009 et que des campagnes massives de vaccination ont été organisées, de nombreux citoyens et des figures d'autorité incluant des officiels de la santé publique, des médecins et des spécialistes s'y sont opposés. Ils déclaraient que le vaccin n'était pas utile, insuffisamment testé et qu'il avait des effets secondaires négatifs. En associant le personnage corrompu d'Alan au ''mouvement anti-vaccin'', le film discrédite tous ceux qui remettent en question la nécessité de campagnes de vaccination. Si un autre virus devait frapper, les spectateurs de Contagion seraient plus enclins à ignorer ces mouvements. En d'autres mots, le film dit :''Les conspirationnistes sont des menteurs corrompus dangereux pour la sécurité publique et ils devraient être arrêtés. Ne les écoutez pas. Ils gagnent de l'argent avec des traitements bidons. Ceux qui gagnent malgré tout encore plus d'argent des vaccins bidons sont des gens bien. Écoutez les autorités et prenez le vaccin...sinon vous mourrez.''

La solution ultime
Après des mois d'horreur et des centaines de millions de morts, une solution finale ressort et sauve l'humanité : la vaccination de masse.
 
La seule chose à faire pour le problème du virus : une campagne de vaccination massive
Ceux qui reçoivent le vaccin obtiennent le privilège de porter un bracelet numérique. Ceci leur permet d'aller dans des endroits publics comme des galeries commerciales.
Vous êtes vacciné, on vous met un code-barre et vous pouvez vous déplacer. Pas de vaccin, vous restez à la maison ... et vous mourez.
En conclusion
Contagion peut être présenté comme une œuvre de fiction, mais il communique plusieurs importants messages que les autorités veulent faire passer au public. À cette fin, le film définit un problème spécifique qui s'est réellement produit dans le passé, il identifie les agences qui ont le droit d'être responsables de la situation et propose la seule solution demandée pour régler le problème. Cette solution n'est pas joyeuse : dissolution du gouvernement, imposition de la loi martiale, création de camps civils, campagnes de vaccination forcée et suppression de la liberté d'expression. La démocratie et les droits civils sont sommairement suspendus et nous sommes témoins de l'instauration d'une société fortement contrôlée et surveillée (à l'aide de code-barres).
Des films-catastrophe comme Contagion sont-ils seulement créés pour la distraction ou servent-ils à enseigner le public sur ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas quand une catastrophe se produit ? L'OMS participerait-elle à un film simplement pour distraire ? Fait intéressant : le film a été publié en DVD en même temps que l'OMS a été accusée d’exagérer le nombre de morts de la nouvelle grippe aviaire H5N1. L'OMS a également autorisé récemment la publication d'une recherche controversée décrivant la création d'une version mutante et hautement contagieuse du virus. Une version type guerre bactériologique d'un virus pourrait-elle être intentionnellement relâchée sur le public pour justifier la loi martiale ? Stop, je ne devrai peut-être pas dire des choses comme ça, je ne veux pas être arrêté pour fraude sociale, conspiration et mise en danger de la vie d'autrui''.

Traduit par Hélios

: Bistrobarblog

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Vaccins Critique de film
commenter cet article
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 16:56

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Vaccins
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 14:18

Avec l'aide de monsieur H.

 

 

L'origine du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) serait simienne selon la théorie la plus communément admise par la communauté scientifique. Cette théorie se base sur l'analyse phylogénétique des lentivirus (famille à laquelle appartient le VIH) qui lie les deux types de VIH avec le virus d'immunodéficience simien (VIS), qui est également la cause chez les singes d'un syndrome d'immunodéficience comme le Sida chez l'Homme.

En 1992, une poignée de scientifiques, à travers un article de Tom Curtis, proposent une théorie selon laquelle le sida aurait pour origine une campagne de vaccination anti-polio pratiquée en République démocratique du Congo, ancienne colonie belge appelée Congo belge à l'époque.

Edward Hooper reprend cette thèse et l'étaye en recueillant documents et témoignages sur le terrain. Son travail est soutenu par Bill Hamilton qui l'accompagne au Congo pour recueillir des données. À l'issue de ces recherches, le livre The River, A Journey to the Source of HIV and AIDS est publié, auquel fera suite le documentaire Les origines du SIDA .

La thèse d'Edward Hooper s'appuie sur la proximité des premiers cas de sida avec les zones de vaccination intensive, ainsi que l'utilisation de reins de singes pour la production de vaccins. Le passage du VIS à l'Homme, par mutation pour donner le VIH, serait selon l'enquête d'Hooper venu de l'utilisation de chimpanzés, notamment dans le laboratoire de Stanleyville, où une ménagerie a accueilli près de 600 chimpanzés entre 1957 et 1960.

L'hypothèse d'une contamination dans ce laboratoire est essentielle selon Hooper, car le vaccin d'origine a été testé négativement et d'autres régions du monde ont bénéficié de ce vaccin sans connaître l'épidémie naissant dans l'ex-Congo belge au début des années 1980. La spécificité de la campagne de vaccination menée par Hilary Koprowski au Congo belge sur un million d'Africains .....

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Vaccins
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Philip Dru
  • Le blog de Philip Dru
  • : Depuis cinq ans je suis l'actualité sur le nouvel ordre mondial, le 11 septembre, la crise de la dette, les Young Leaders de la French-American Foundation. J'essaie de rassembler tout sur mon blog.
  • Contact

Profil

  • Philip Dru
  • J'ai fait ce blog par révolte sur le systeme financier, la création monétaire par le crédit, la reserve fractionnaire. La BCE prête notre argent à 0,05% au banques privées et elles le prêtent aux états à 3, 4, 5, 6, 7, 8...% donc à nous.
  • J'ai fait ce blog par révolte sur le systeme financier, la création monétaire par le crédit, la reserve fractionnaire. La BCE prête notre argent à 0,05% au banques privées et elles le prêtent aux états à 3, 4, 5, 6, 7, 8...% donc à nous.

Recherche

Texte Libre

Revenir à l'accueil

 

Contact

 

 

 

Code barres 666

 

 
Je ne suis pas responsable des publicités sur mon blog. Over-blog impose des pubs à tous les blogs non prémium. Voici un extrait de leur mail : "Pour continuer de vous fournir un espace d’expression libre, gratuit et facile d’accès, votre blog intégrera prochainement quelques espaces publicitaires. Ce changement va nous permettre de continuer de vous apporter un service de qualité. De nombreuses nouveautés vont bientôt voir le jour, vous permettant d’améliorer vos publications et de renforcer votre présence sur le web".
 
Sinon voila la solution :
 
Certaines pubs passent au-dessus d'adblock, désolé.
Marre des pubs ?  Téléchargez  Adblock plus  pour Firefox, Chrome, Android, Opera, Internet Explorer, Safari. Vidéo . Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube.
 
 
Philip Dru Administrator   

Qui aurait pu croire qu'un petit
bouton rouge pouvait faire
autant de choses?
(Cliquez dessus)

 

 

 

Le retour de la boxnews chatango!