Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 01:20
 
 
Une opération sous faux pavillon, c’est très simple (exemple de Charlie-Hebdo)

 

Il y a près de deux mois, l'attentat terroriste contre la rédaction de Charlie-Hebdo a ébranlé les esprits dans le monde entier. Dans les réseaux sociaux, on a déjà beaucoup discuté de cette attaque. Différents services d'élucidation ont remarqué les incohérences massives en rapport avec l'attaque et son explication.

 

Sources / Liens :

www.kla.tv/5074

www.kla.tv/5075

www.kla.tv/5076

https://buergerstimme.com/Design2/2015/01/charlie-hebdo-pariser-false-flag/

http://lupocattivoblog.com/2015/01/14/false-flag-das-attentat-auf-charlie-hebdo/

https://guidograndt.wordpress.com/2015/01/10/charlie-hebdo-jorg-haider-natascha-kampusch-drei-chefermittler-begehen-scheinbar-selbstmord/

 

Lire aussi : 

Mystérieux « suicide » du policier chargé de la connexion Charlie Hebdo-Jeannette Bougrab

 

Lire l'article sur : klagemauer.tv, le 23.02.2015 

Source: metatv.org

 

Un petit rappel pour ceux qui ne mangent pas assez de poisson, c’est très bon pour la mémoire.

Le numéro 581 de Charlie Hebdo du 11 Janvier 1982

Source: Commentaire de Thierry92 sur lesmoutonsenrages.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Charlie Hebdo
commenter cet article
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 10:38

 

Brimades, insultes, Ahmed, 8 ans semble avoir payé très cher son refus maladroit de « ne pas être Charlie ». Le Collectif contre l’Islamophobie en France a réalisé une vidéo dans laquelle il donne la parole à l’enfant, à son père ainsi qu’à leur avocat. Sans surprise, on se rend compte que la version livrée par les autorités et la ministre de l’Education Nationale, Najat Vallaud-Belkacem, n’est pas tout à fait la même que celle de la famille…

 


Source

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Charlie Hebdo
commenter cet article
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 17:05

 

Pour la ministre de l’Éducation nationale, certaines questions sont « insupportables » de la part des élèves. L’aveu d’une conception autoritaire de la liberté d’expression, et de la vacuité du discours de nos élites politiques face aux enjeux de la période.

L’attentat contre Charlie Hebdo, la minute de silence dans les écoles, les dérapages réels ou supposés d’élèves ont alimenté un sombre débat depuis le 7 janvier. C’est dans ce contexte que la ministre de l’Éducation nationale a tenu des propos sidérants à l’Assemblée nationale, mercredi 14 janvier, lors des questions au gouvernement. De Manille, le pape n’a pas non plus manqué de s’inviter dans le débat.

 

Attentat à l’esprit critique

Par décision du président de la République, le jeudi 8 janvier a été décrété « jour de deuil national » et une circulaire du premier ministre en a précisé les modalités : drapeaux en berne et demande aux administrations d’organiser « un moment de recueillement permettant aux agents des services publics de s’associer à cet hommage ». Ce recueillement sous forme d’une minute de silence observée dans les établissements scolaires a parfois suscité des interrogations, des remous, voire un rejet.

Depuis, une polémique enfle sur l’ampleur du phénomène. Le 13 janvier l’eurodéputé UMP, Philippe Juvin, accuse le ministère de l’Éducation nationale de « sous estimer grossièrement » les incidents et de « trucage des chiffres ». Le même jour Nathalie Saint-Cricq qui dirige le service politique sur France 2 déclare : « Il faut repérer et traiter ceux qui ne sont pas Charlie. » De son côté, Éric Ciotti rajoute une louche, en twittant : « Il faut pouvoir supprimer les allocations familiales aux parents des élèves qui n’ont pas respecté la minute de silence. »

C’est dans ce contexte que la ministre de l’Éducation nationale a été interrogée à l’Assemblée lors de la séance des questions au gouvernement. Najat Vallaud-Belkacem a ainsi déclaré : « Même là où il n’y a pas eu d’incidents, il y a eu de trop nombreux questionnements de la part des élèves. Et nous avons tous entendu les « Oui je soutiens Charlie, mais », les « deux poids, deux mesures », les « pourquoi défendre la liberté d’expression ici et pas là ? » Ces questions nous sont insupportables, surtout lorsqu’on les entend à l’école, qui est chargée de transmettre des valeurs » (voir la vidéo de l’intervention). Parce qu’ils émanent de la représentante de l’institution scolaire, les mots sont presque incroyables, véritable attentat à l’esprit critique, à la pédagogie. On savait les enseignants bien seuls, mais à ce point !

 

Sois pour la liberté d’expression et tais-toi

« Trop nombreux questionnements », « questions insupportables », les mots sont lâchés. Ainsi, pour défendre la liberté d’expression, il faudrait commencer par interdire les questions ? Une forme d’oxymore moderne : je t’ordonne d’être pour la liberté d’expression. Bien sûr, certains propos ont été, parfois, difficiles à entendre par le corps enseignant. Des dérapages ont bien eu lieu, complaisamment rapportés par la presse, quand elle ne les a pas suscités en rôdant devant certains lycées pour sélectionner l’intervention la plus croustillante. Mais s’agissant de collégiens de onze à quinze ans ou de lycéens adolescents, il faut être capable de faire le tri entre méconnaissance, provocation gratuite et désaccords. Et quand bien même il y aurait des désaccords, il faudrait en discuter, argumenter.

Lorsque le pape, de Manille, s’invite dans le débat en déclarant que si le droit d’expression est un « droit fondamental » on ne peut pas « insulter » la foi d’autrui, c’est une limite sérieuse au droit de caricature. Qui s’en émeut ? Et quand il ajoute « Si un grand ami parle mal de ma mère, il peut s’attendre à un coup de poing, et c’est normal. On ne peut provoquer, on ne peut insulter la foi des autres, on ne peut la tourner en dérision ! », c’est une manière de dire, quand même, ils l’ont un peu cherché. Où est le tollé ? On est pourtant assez proche de ce que pensent nombre d’élèves croyants (quelle que soit la croyance) qui n’admettent pas la critique des religions.

Alors oui, il faut défendre la liberté d’expression, de caricature et dire que le délit de blasphème ne doit pas exister, mais cela ne peut venir que d’un débat. Lorsque le Conseil représentatif du culte musulman (CRCM) Alsace indique dans un communiqué qu’il « souhaite l’extension à tout le territoire national » du délit de blasphème qui figure dans le concordat d’Alsace Moselle (lire ici), il rappelle aussi que trois départements français échappent à la séparation entre l’Église et l’État.

 

On n’impose pas des valeurs

Laïcité, valeurs de la République et « l’école, qui est chargée de transmettre ces valeurs » : difficile de ne pas avoir entendu quelques morceaux de bravoure républicaine ces jours-ci. Mais des valeurs, on les partage, on y adhère, on ne les impose pas par un acte d’autorité. Cela suppose au contraire échanges, confrontations et questions. « J’ai raison parce que je suis l’institution » n’est pas seulement impraticable dans la France du XXIe siècle, c’est une conception dangereuse qui remplace le dialogue, la conviction par l’obéissance et le dressage. Et qui peut prétendre que l’autorité reconnue serait l’autorité civile plutôt que religieuse ou autre ?

Former des citoyens, c’est offrir les éléments de jugement pour un esprit critique qui ne prend pas pour argent comptant tout ce qui se dit ou s’écrit. Combattre les thèses complotistes invraisemblables qui se répandent parfois comme une traînée de poudre suppose des individus attachés à un raisonnement rationnel. Et puis il ne suffit pas de rappeler la devise « Liberté, Egalité, Fraternité », d’en appeler au roman national. C’est en réalité presque indécent quand, depuis des années, chacun de ces mots est foulé aux pieds par ceux-là même qui s’en gargarisent aujourd’hui. Les libertés se restreignent au nom de la sécurité, les inégalités s’envolent et des populations sont stigmatisées pour leur religion ou leur couleur de peau, voilà la réalité. L’incroyable fossé qui existe entre certains discours officiels et la réalité quotidienne des pratiques politiques n’est pas pour rien dans la perte de légitimité de toutes les institutions.

Les phrases de Najat Vallaud-Belkacem ne sont pas un malheureux dérapage dans un contexte difficile, mais le symptôme d’un vide profond des élites politiques. Elles ont un tel souci de coller à ce qu’elles s’imaginent être l’état de l’opinion qu’elles en viennent à énoncer ce type d’aberrations. Leur discours sur les valeurs est tellement creux, tellement désincarné par rapport à la situation réelle qu’ils construisent tous les jours, qu’ils ne savent plus à quoi se raccrocher – si ce n’est aux figures de l’ordre et de l’autorité. Cet état d’esprit, s’il devait perdurer, serait le prélude à de nouvelles régressions de tous ordres. Le climat de peur entretenu contre un « ennemi de l’intérieur » ne peut que nourrir ceux qui portent un projet politique raciste.

Guillaume Liégard

Source : Regards.fr

Source : Lesmoutonsenrages.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Charlie Hebdo
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 18:02

 


Dérapage raciste chez Morandini : heureusement... par asi

 

Retenons au final que c’est un simple quidam, un parisien anonyme qui a porté plainte, sinon l’affaire serait passée ne fois de plus comme une lettre à la poste puisqu’aucun relai du Système n’a daigné lever le petit doigt !

2 poids 2 mesures, encore et toujours, la marque de la bête rappelons-le.

Source : 999spiritus.org

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Charlie Hebdo
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 17:06

 

Exclusif. Panamza a recueilli le témoignage troublant de la famille d'Helric Fredou, commissaire de police chargé de rédiger un rapport sur l'entourage familial de Charlie Hebdo et retrouvé mort d'une balle dans la tête quelques heures après l'attentat.

Le 16.01.2015 à 10h59

Une chape de plomb en France, un sujet d'interrogation à l'étranger.

Tel est le contraste médiatique au sujet de l'annonce du "suicide" d'un policier impliqué dans l'investigation relative à la fusillade survenue au siège de Charlie Hebdo

 

Les millions de téléspectateurs de l'émission Daily News & Analysis (DNA) de la chaîne indienne Zee News (et les 150 000 abonnés du compte Youtube de l'antenne) ont ainsi pu découvrir ce dont les Français ont été privés à ce jour : un reportage audiovisuel consacré à une affaire passée sous silence par les médias nationaux {nota bene : la vidéo a été curieusement supprimée du compte deux jours après la mise en ligne de l'article présent et le site de la chaîne ne comporte plus la page dédiée au sujet, relayée mardi 13 janvier via Twitter. Une copie, visible sous le lien originel ci-dessous, avait néamoins été réalisée par une usagère de Youtube}. 

 

https://www.youtube.com/watch?v=KEkB0Cf_M18

 

 

Le jeudi 8 janvier, la presse locale de Limoges (Le Populaire, France Bleu et France 3 Limousin) faisait état du décès d'un homme dénommé Helric Fredou. Âgé de 44 ans, ce directeur adjoint du service régional de la police judiciaire a été découvert mort dans son bureau, la veille, vers 1h du matin. Il se serait tiré une balle dans la tête avec son arme de service.

 

Le syndicat des commissaires de police a réagi via la publication d'un communiqué.

commpol

Le lendemain, ce fut au tour du Parisien d'évoquer la nouvelle en insistant, à l'instar des médias locaux, sur le caractère prétendument "dépressif" d'Helric Fredou.

"Des papiers pourris", rétorque la soeur du défunt

Mercredi 14 janvier, au lendemain des obsèques d'Helric Fredou, Panamza a contacté sa soeur -qui préfère demeurer non identifiée- afin de clarifier l'implication du policier, vaguement évoquée par la presse régionale, dans l'enquête relative à l'attentat de Charlie Hebdo. Extraits principaux de l'échange téléphonique : 

- "Sur le coup, je me suis dit c'est pas possible, quelqu'un l'a flingué mais on est pas dans un film" : la soeur refuse de croire en la possibilité angoissante d'un meurtre mais continue de s'interroger sur les circonstances exactes de la mort du policier.

- "Pas de courrier laissé ni de plaque sur son bureau" : Helric Fredou n'a laissé aucune lettre pour expliquer son geste.  De même, il n'a pas déposé sa plaque de police en évidence comme le font parfois certains de ses collègues retrouvés suicidés.

- "C'était quelqu'un de calme, avec un grand esprit de discernement selon son formateur" : la soeur a plusieurs fois souligné le sang-froid du policier -tenu en estime par son formateur en raison de sa perspicacité- et le fait qu'il n'était ni violent ni impulsif.

- "On nous a enlevé les ordinateurs et son portable perso, on nous a tout pris, ça nous a choqués mais c'est la procédure, nous a-t-on dit" : dans l'après-midi du 8 janvier, les policiers ont fouillé le domicile du défunt, en présence de sa mère et de sa soeur, avant d'emporter son matériel informatique et son smartphone personnel.

- "Ma maman, qui était très fusionnelle avec lui, est retournée contre la terre entière : elle veut savoir comment il s’est tué. Il a un pansement sur le front. Sur le côté, c'est trépané à cause de l'autopsie. À l'arrière du crâne, il n'y a rien": informée vers 5 heures du matin du décès, la soeur rapporte avoir dû insister pour accéder au corps du défunt. C'est seulement en fin de journée qu'elle et sa mère ont été autorisées à voir le corps d'Helric Fredou.

- "Mon frère avait lui-même trouvé deux suicidés -dont l'un à Melun- et avait dit  à maman 'je te ferai jamais un truc comme ça', à savoir me tuer et te laisser seule. Il n'était pas dépressif" : en novembre 2013, Helric Fredou avait effectivement été le policier qui avait découvert le corps de son collègue Christophe Rivieccio, retrouvé mort dans le même commissariat de Limoges.

- "Mon frère était chez lui ce soir-là et comme il était de permanence, ils l'ont appelé et il est venu au commissariat vers 23h30… La journée avait été très tendue selon ses collègues…. Des policiers de Paris étaient présents dans la soirée… Il devait rédiger un rapport mais il y a eu des frictions, je ne sais pas sur quoi… Il leur a dit qu'il devait passer de toute urgence un coup de téléphone et comme ils ont vu qu'il ne revenait pas, un collègue est allé le chercher à son bureau et l'a découvert mort" : ce mercredi soir, des policiers partis procéder à des vérifications de sécurité auprès d'une famille de victime de l'attentat ont été débriéfés par Helric Fredou. Le témoignage de sa soeur apporte deux éléments troublants : des "frictions" se seraient manifestées entre policiers au sujet du rapport (finalement jamais entamé) que devait rédiger Fredou; dans ce contexte tendu, l'homme a été retrouvé mort quelques minutes après avoir déclaré à ses collègues qu'il devait à tout prix téléphoner à quelqu'un de non identifié.

- "Des gens de Paris sont descendus pour nous expliquer comment cela s’est passé" : la soeur souligne que des cadres de la police nationale se sont déplacés expressément le lendemain à Limoges et ont tenu à lui certifier qu'il s'agissait d'un suicide.

*******

La "famille de victime" domiciliée aux environs de "Châteauroux" -selon les journalistes de Limoges- n'est jamais explicitement identifiée dans les rares articles faisant état de la mort d'Helric Fredou.

Curieuse omission : un simple recoupement, basé sur la consultation de la presse locale, permet de déduire qu'il s'agit des parents de Jeannette Bougrab, militante UMP qui affirme aujourd'hui avoir été la compagne du directeur assassiné de Charlie Hebdo.

Helric Fredou devait rédiger un rapport à leur sujet.

Panamza a également contacté la famille Bougrab. Peine perdue: dès les premières secondes, la mère de Jeannette Bougrab (présentée aujourd'hui par sa fille comme "mourante") a aussitôt déclaré :"C'est pas mon affaire, tout ça, allez, au revoir".

Rappel : la famille de Stéphane Charbonnier alias Charb a démenti samedi toute forme d'"engagement relationnel" entre l'ex-patron de Charlie et Jeannette Bougrab. Clémentine Autain, proche du clan Charb, est allée encore plus loin en qualifiant l'ex-secrétaire d'État du gouvernement Fillon d'"usurpatrice".

Une chose est certaine à ce jour : les nombreuses interventions médiatiques (TF1, France 2, BFM TV, Canal+, BBC News, MSNBC) de Bougrab -une juriste réintégrée au Conseil d'État en vertu d'un arrêté du 11 juillet acté par Manuel Valls et Christiane Taubira- comportent les mêmes éléments de langage mais également des contre-vérités.

Exemple: dans un premier temps, elle a affirmé à Paris-Match avoir été "trois ans" avec Charb avant de se corriger et d'indiquer désormais qu'ils étaient ensemble depuis "un an".

 

La suite de l'article sur: Panamza.com

 

Sur le même sujet : vu sur Les moutons enragés

 

Black Out pratiquement total sur Helric Fredou, le policier qui enquêtait sur l’attentat contre Charlie Hebdo

16 janvier, 2015

 

On en a parlé dès le 08 Janvier, le commissaire Helric Fredou qui enquêtait sur Charlie Hebdo s’est suicidé dans un grand silence, combien de médias en ont parlé? Une chaine de télévision a-t-elle consacré quelques minutes à ce commissaire? Étrangement non, rien, alors que de nombreux médias à travers la planète ont mis en avant ce suicide comme étant un fait important, comme le journal américain NSNBC pour ne citer que lui, dont la traduction de l’article vous est proposée ici. Il suffit de chercher le nom de ce commissaire dans un moteur de recherche pour bien s’en rendre compte…

Le commissaire de police Helric Fredou, numéro deux du Service régional de la police judiciaire de France (JP), à Limoges (Haute-Vienne), s’est suicidé dans la nuit de mercredi à jeudi sur son lieu de travail.

Le Commissaire Helric Fredou enquêtait sur l’attaque terroriste contre le journal Charlie Hebdo.

Helric-Fredou_Paris_Paris-Police_France_CRG-300x183 Les frères Cherif et Saïd Kouachi qui ont été abattu par la police le 9 Janvier, ont passé leurs années de lycée dans la région de Limoges. Nul doute que c’était l’objet de l’enquête de la police de Helric Fredou. Pourtant, la police et les médias affirment que ce même mercredi, il a participé à une réunion avec la famille de l’une des victimes Charlie Hebdo.

Le mercredi, dans le cadre de l’enquête sur l’affaire Charlie Hebdo, il a dépêché une équipe de fonctionnaires de police sous sa juridiction. Il aurait attendu le retour de son équipe pour un débriefing. Immédiatement après le débriefing, il a commencé à rédiger de son rapport de police.

Selon les rapports des médias, il s’est suicidé à environ 1 heures du matin le jeudi, quelques heures après le débriefing. Il a utilisé son arme de police, un SIG-Sauer.

Au moment de sa mort, la police a prétendu ne pas connaître la raison de son suicide présumé. Cela s’est reflété dans leurs déclarations officielles aux médias: «On ne connait pas à ce moment les raisons de ses actions ».

Cependant, la police a ensuite déclaré à la presse que Fredou était «déprimé et surchargés de travail. Pour tout agent de l’application des lois en France, il serait assez étrange que quelqu’un souhaite manquer le plus grand événement unique terroriste du siècle. (Wire 21e siècle, )

« Une autopsie a été pratiquée à l’Hôpital de l’Université de Limoges, « confirmant le suicide» .

Il y a eu un black-out total nouvelles.

Les médias français ont décidé ou ont été chargé de ne pas couvrir l’incident. Pas de nouvelles? Voilà pour le « Je suis Charlie » et « la liberté d’expression » dans le journalisme.

 

De même, les médias occidentaux, y compris tous les services d’information majeurs (AP, AFP, Reuters, Deutsche Welle, etc.) n’ont pas couvert la question.

Un rapport isolée dans Le Parisien présente l’acte de suicide comme étant totalement sans rapport avec l’enquête autour de Charlie Hebdo.

Bien que décrit comme étant dépressif et souffrant d’un épuisement professionnel, les rapports de police indiquent que le suicide de Helric Fredou était totalement inattendu.

 

S’est-il réellement suicidé ou a-t-il été suicidé?
Son rapport a-t-il été publié?

Ce sont des questions pour les journalistes français. Ce est ce qu’on appelle le journalisme d’investigation. Ou est-ce pure et simple censure des médias?

Source: nsnbc.me, traduction Les moutons enragés

A voir aussi: Affaire Charlie : la famille du policier « suicidé » n’aura pas accès au rapport d’autopsie

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Charlie Hebdo
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 15:52

 

Les services secrets n'était pas au courant ? Et ça c'est quoi ! Et ça !

 

Autre son de cloche dans la presse belge qui un fait constat de la situation nettement plus réaliste...


Marche républicaine: la présence de certains chefs d'état a choqué

Source: fawkes-news

 

Porochenko est Charlie...il invente le ministère de la vérité

Source : fawkes-news

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Charlie Hebdo
commenter cet article
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 17:49

 

Qu'ils commencent par arrêter de financer et armer des terroristes...

 

Source: Twitter (Valérie Pécresse)  Source: Fawkes-news

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Charlie Hebdo
commenter cet article
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 15:36

 

Precision : Je ne suis pas d'accord avec la ligne éditoriale de Charlie Hebdo. Mais en aucun cas le meurtre de qui que ce soit n'est justifiable (pour des caricatures) et évidemment je pense aux familles des victimes.

 

Guy Bedos à propos de Charlie Hebdo, octobre 2012


Guy Bedos à propos de Charlie Hebdo, octobre 2012 par cdmanon

 

Interview Siné : Charb, Cabu et Wolinski les vendus


Interview Siné : Charb, Cabu et Wolinski les... par fluctuat

 

Interview Siné : Philippe Val, ce sale type


Interview Siné : Philippe Val, ce sale type (2/3) par fluctuat

 

-----------------------------------------------

 

Regardez votre écran, défilez si cela vous chante, pendant ce temps, la situation est incommensurablement explosive au niveau de la finance! Trois infos tombent aujourd’hui, deux au niveau de la France, la troisième est explosive et concerne l’ensemble de la zone euro! Déjà, avez la France qui durant ces dernières années a multiplié les taxes, déjà, rien que là, c’est du lourd: Plus de 50 taxes depuis 2008:

L’imagination du fisc est sans limite. La France a ainsi créé 44 taxes nouvelles entre 2010 et 2014, soit près de 9 par an en moyenne, selon l’Observatoire des politiques budgétaires et fiscales 2015 du cabinet EY. La palme revient à l’année 2012, avec 15 taxes créées, mais le rythme est resté très élevé en 2013 (12), avant de connaître une accalmie en 2014 (3). Dans ce domaine, la France est championne: aucun de ses voisins européens n’a lancé plus de 3 taxes sur la période.

Et ce n’est pas fini, puisque 7 taxes vont voir le jour cette année, comme la taxe annuelle sur les parkings en Ile-de-France. Soit un total de 51 nouveaux prélèvements en six ans! L’article en intégralité sur Le Figaro

France en faillite

Une partie de cet argent a sûrement été utilisé pour sauver les banques, dont la Dexia très impliquée dans les emprunts toxiques qui sont en train de ruiner le pays, mais pas que, il a également dû être utilisé sans nul doute pour payer les rançons des otages d’Al Qaïda, et le compte est assez important: 58 millions de dollars depuis 2008!

 

Selon une enquête du New York Times du 29 juillet 2014, Al Quaïda a reçu depuis 2008, plus de 125 millions de dollars !!! Quoi ? Comment ? Et oui, 125 millions de dollars récoltés uniquement grâce aux rançons payés par les occidentaux pour obtenir la libération de leurs otages. (1)
Toujours selon cette enquête, la France est le principal pourvoyeur de fonds de l’organisation terroriste. Elle aurait versé à elle seule 58 millions de dollars. Ces sommes, toujours selon le New York Times seraient versées directement par l’état ou alors par des intermédiaires comme Areva ou les pays amis du golf, au premier rang desquels le Qatar.
Dans cet article, Vicki Huddleston, ancienne ambassadrice des Etats-Unis au Mali dénonce :

« Les Européens ont beaucoup de comptes à rendre. Ils mènent une politique hypocrite. Ils paient des rançons et ensuite nient les avoir payées. Le danger n’est pas seulement que ça fait grandir le mouvement terroriste, c’est aussi que ça rend tous nos citoyens vulnérables ». » Déclaration effroyablement prémonitoire.
Le 13 septembre 2014, très énervé par l’exécution de 3 otages anglo-saxons, Barack Obama lui-même confirme: « Le président français, François Hollande, dit que son pays ne paie pas de rançons aux terroristes, alors qu’en réalité, il le fait »  (2)

Dimanche, la plupart des dirigeants européens vont venir verser des larmes de crocodile sur les morts provoqués par des mouvements terroristes qu’ils ont largement contribué à financer. François Hollande, accusé par Obama de payer des rançons aux terroristes sera à la tête de cette grande marche contre… le terrorisme. Comprenne qui pourra.

Inconséquence ou incompétence ?

Quoi que… Cette fois, ce n’est pas seulement une minute de silence qu’on va nous demander, mais plutôt 2 ans et demi de silence, le temps d’arriver aux prochaines élections. Avec un « Patriot Act » à la française si besoin. Hollande n’est pas plus bête que Bush et les français ne sont pas plus intelligents que les américains.

Nous sommes tous des charlots.

Vive la République, Vive la France, Vive l’hypocrisie

Références:

(1)http://www.nytimes.com/2014/07/30/world/africa/ransoming-citizens-europe-becomes-al-qaedas-patron.html?_r=0

(2)http://www.lefigaro.fr/international/2014/09/14/01003-20140914ARTFIG00223-otages-barack-obama-reproche-a-la-france-de-payer-les-rancons.php


Source: Extrait de l'article "Nous sommes tous des charlots"

Article complet trouvé sur Fawkes-News

Mais cela n’est rien en fait à côté de ce qui se prépare, la BCE « envisagerait » de racheter pour 500 milliards de dettes publiques, 500 milliards!!!

La Banque centrale européenne (BCE) étudie plusieurs options pour son programme de rachat de dettes publiques, qui devrait être annoncé lors de la prochaine réunion du Conseil des gouverneurs, le 22 janvier prochain. Cette annonce est très attendue par les marchés. Elle vise à relancer l’inflation et la croissance en zone euro.

D’après l’agence Bloomberg, qui cite deux personnes ayant participé à une réunion de banquiers centraux mercredi à Francfort, la BCE envisage d’acheter sur son propre bilan pour 500 milliards d’euros de dettes d’État, avec une notation solide allant de AAA à BBB-. Ces notes incluent la majorité des pays de la zone euro, y compris l’Italie et l’Espagne, mais excluent la Grèce et Chypre, deux pays aux notes dégradées et toujours sous assistance financière de l’UE et du FMI. Article complet sur Le Figaro  Source: Lesmoutonsenragés.fr

-----------------------------------------------------------

 

Vu sur le site de la BCE :

523 banques doivent rembourser leurs prêts à la BCE pour le 29/01/2015 à hauteur de 489 milliards d'euros. voir ici

800 banques doivent rembourser leurs prêts à la BCE pour le 26/02/2015 à hauteur de 529 milliards d'euros. voir ici Pourront-elles le faire? voir ici

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Charlie Hebdo
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Philip Dru
  • Le blog de Philip Dru
  • : Depuis cinq ans je suis l'actualité sur le nouvel ordre mondial, le 11 septembre, la crise de la dette, les Young Leaders de la French-American Foundation. J'essaie de rassembler tout sur mon blog.
  • Contact

Profil

  • Philip Dru
  • J'ai fait ce blog par révolte sur le systeme financier, la création monétaire par le crédit, la reserve fractionnaire. La BCE prête notre argent à 0,05% au banques privées et elles le prêtent aux états à 3, 4, 5, 6, 7, 8...% donc à nous.
  • J'ai fait ce blog par révolte sur le systeme financier, la création monétaire par le crédit, la reserve fractionnaire. La BCE prête notre argent à 0,05% au banques privées et elles le prêtent aux états à 3, 4, 5, 6, 7, 8...% donc à nous.

Recherche

Texte Libre

Revenir à l'accueil

 

Contact

 

 

 

Code barres 666

 

 
Je ne suis pas responsable des publicités sur mon blog. Over-blog impose des pubs à tous les blogs non prémium. Voici un extrait de leur mail : "Pour continuer de vous fournir un espace d’expression libre, gratuit et facile d’accès, votre blog intégrera prochainement quelques espaces publicitaires. Ce changement va nous permettre de continuer de vous apporter un service de qualité. De nombreuses nouveautés vont bientôt voir le jour, vous permettant d’améliorer vos publications et de renforcer votre présence sur le web".
 
Sinon voila la solution :
 
Certaines pubs passent au-dessus d'adblock, désolé.
Marre des pubs ?  Téléchargez  Adblock plus  pour Firefox, Chrome, Android, Opera, Internet Explorer, Safari. Vidéo . Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube.
 
 
Philip Dru Administrator   

Qui aurait pu croire qu'un petit
bouton rouge pouvait faire
autant de choses?
(Cliquez dessus)

 

 

 

Le retour de la boxnews chatango!