Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 11:54

 

1)http://www.express.be/joker/fr/platdujour/le-rechauffement-de-la-terre-a-cesse-il-y-a-16-ans/179128.htm#

2)http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-2217286/Global-warming-stopped-16-years-ago-reveals-Met-Office-report-quietly-released--chart-prove-it.html

3)http://www.theaustralian.com.au/news/nothing-off-limits-in-climate-debate/story-e6frg6n6-1226583112134#

4)http://www.atlantico.fr/pepites/rechauffement-climatique-cesse-depuis-16-ans-selon-service-national-britannique-meteorologie-513229.html

5)http://philip.dru-administrateur.nwo.over-blog.com/article-il-n-y-a-plus-de-rechauffement-climatique-depuis-15-ans-118270490.html

6)http://philip.dru-administrateur.nwo.over-blog.com/article-le-rechauffement-climatique-anthropique-en-debat-scientifique-117240675.html

7)http://philip.dru-administrateur.nwo.over-blog.com/article-gigantesque-arnaque-a-la-taxe-carbone-115320369.html

8)http://lesmoutonsenrages.fr/2013/09/24/al-gore-declare-que-les-sceptiques-de-la-theorie-du-rechauffement-global-cause-par-lhomme-sont-dans-la-meme-categorie-que-les-racistes-les-homophobes-et-les-alcooliques-violents/

9)http://www.wikiberal.org/wiki/Liste_de_scientifiques_sceptiques_sur_le_r%C3%A9chauffement_climatique

10)http://www.crashdebug.fr/index.php/dossiers/8781-l-agenda-21-un-plan-pour-une-dictature-fasciste-mondiale

11)http://fawkes-news.blogspot.be/2014/09/mensonge-climatique-le-rechauffement.html

12)http://www.20minutes.fr/insolite/1443211-20140915-surface-banquise-antarctique-atteint-niveau-record

L’augmentation de la banquise pourrait être liée à de forts vents d'ouest, accentués par le réchauffement climatique. ha ha ha... Il ne savent plus quoi inventer !

13)http://les-verites.skynetblogs.be/

14)http://www.crashdebug.fr/index.php/sciencess/5767-escroquerie-du-rechauffement-climatique-anthropique-une-lettre-ouverte-de-125-scientifiques-au-secretaire-general-de-l-onu

Source: http://business.financialpost.com/fp-comment/open-climate-letter-to-un-secretary-general-current-scientific-knowledge-does-not-substantiate-ban-ki-moon-assertions-on-weather-and-climate-say-125-scientists

15)2015 : début du refroidissement climatique ?

16)Vers un âge glaciaire en 2030 : que faut-il croire ?

17)agora-erasmus.be/COP21-Pr-Istvan-Marko-pourquoi-la-theorie-du-rechauffement-climatique-doit_09379

Partager cet article

Repost 0
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 10:37

 

Documentaire Les États-Unis a La Conquête de L'Est.


Etats-Unis à la conquête de l'Est... par non-merci

 

Ukraine : révolution orange acte 2

 

 ONGs au service de la guerre et de l'Empire (Truthseeker Ep35)


ONGs au service de la guerre et de l'Empire... par gregosdenantes

 

La deuxième révolution ukrainienne

 

ZDF - "Le Putsch en Ukraine financé par les USA" - DIE ANSTALT


ZDF - "Le Putsch en Ukraine financé par les... par les-crises

 

 

Les printemps arabes avec les mêmes organisations : International Republican Institute, National Democratic Institute, Freedom House, National Endowment for Democracy.

L'article est ici.

 

U.S. Groups Helped Nurture Arab Uprisings

(Page 1 of 2)

WASHINGTON — Even as the United States poured billions of dollars into foreign military programs and anti-terrorism campaigns, a small core of American government-financed organizations were promoting democracy in authoritarian Arab states.

 

The money spent on these programs was minute compared with efforts led by the Pentagon. But as American officials and others look back at the uprisings of the Arab Spring, they are seeing that the United States’ democracy-building campaigns played a bigger role in fomenting protests than was previously known, with key leaders of the movements having been trained by the Americans in campaigning, organizing through new media tools and monitoring elections.

A number of the groups and individuals directly involved in the revolts and reforms sweeping the region, including the April 6 Youth Movement in Egypt, the Bahrain Center for Human Rights and grass-roots activists like Entsar Qadhi, a youth leader in Yemen, received training and financing from groups like the International Republican Institute, the National Democratic Institute and Freedom House, a nonprofit human rights organization based in Washington, according to interviews in recent weeks and American diplomatic cables obtained by WikiLeaks.

The work of these groups often provoked tensions between the United States and many Middle Eastern leaders, who frequently complained that their leadership was being undermined, according to the cables.

The Republican and Democratic institutes are loosely affiliated with the Republican and Democratic Parties. They were created by Congress and are financed through the National Endowment for Democracy, which was set up in 1983 to channel grants for promoting democracy in developing nations. The National Endowment receives about $100 million annually from Congress. Freedom House also gets the bulk of its money from the American government, mainly from the State Department.

No one doubts that the Arab uprisings are home grown, rather than resulting from “foreign influence,” as alleged by some Middle Eastern leaders.

“We didn’t fund them to start protests, but we did help support their development of skills and networking,” said Stephen McInerney, executive director of the Project on Middle East Democracy, a Washington-based advocacy and research group. “That training did play a role in what ultimately happened, but it was their revolution. We didn’t start it.”

Some Egyptian youth leaders attended a 2008 technology meeting in New York, where they were taught to use social networking and mobile technologies to promote democracy. Among those sponsoring the meeting were Facebook, Google, MTV, Columbia Law School and the State Department.

“We learned how to organize and build coalitions,” said Bashem Fathy, a founder of the youth movement that ultimately drove the Egyptian uprisings. Mr. Fathy, who attended training with Freedom House, said, “This certainly helped during the revolution.”

Ms. Qadhi, the Yemeni youth activist, attended American training sessions in Yemen.

“It helped me very much because I used to think that change only takes place by force and by weapons,” she said.

But now, she said, it is clear that results can be achieved with peaceful protests and other nonviolent means.

But some members of the activist groups complained in interviews that the United States was hypocritical for helping them at the same time that it was supporting the governments they sought to change.

“While we appreciated the training we received through the NGOs sponsored by the U.S. government, and it did help us in our struggles, we are also aware that the same government also trained the state security investigative service, which was responsible for the harassment and jailing of many of us,” said Mr. Fathy, the Egyptian activist.

Interviews with officials of the nongovernmental groups and a review of diplomatic cables obtained by WikiLeaks show that the democracy programs were constant sources of tension between the United States and many Arab governments.

The cables, in particular, show how leaders in the Middle East and North Africa viewed these groups with deep suspicion, and tried to weaken them. Today the work of these groups is among the reasons that governments in turmoil claim that Western meddling was behind the uprisings, with some officials noting that leaders like Ms. Qadhi were trained and financed by the United States.

Diplomatic cables report how American officials frequently assured skeptical governments that the training was aimed at reform, not promoting revolutions.

Last year, for example, a few months before national elections in Bahrain, officials there barred a representative of the National Democratic Institute from entering the country.

In Bahrain, officials worried that the group’s political training “disproportionately benefited the opposition,” according to a January 2010 cable.

In Yemen, where the United States has been spending millions on an anti-terrorism program, officials complained that American efforts to promote democracy amounted to “interference in internal Yemeni affairs.”

But nowhere was the opposition to the American groups stronger than in Egypt.

Egypt, whose government receives $1.5 billion annually in military and economic aid from the United States, viewed efforts to promote political change with deep suspicion, even outrage.

Hosni Mubarak, then Egypt’s president, was “deeply skeptical of the U.S. role in democracy promotion,” said a diplomatic cable from the United States Embassy in Cairo dated Oct. 9, 2007.

At one time the United States financed political reform groups by channeling money through the Egyptian government.

But in 2005, under a Bush administration initiative, local groups were given direct grants, much to the chagrin of Egyptian officials.

 

(Page 2 of 2)

 

According to a September 2006 cable, Mahmoud Nayel, an official with the Egyptian Ministry of Foreign Affairs, complained to American Embassy officials about the United States government’s “arrogant tactics in promoting reform in Egypt.”

 

The main targets of the Egyptian complaints were the Republican and Democratic institutes. Diplomatic cables show that Egyptian officials complained that the United States was providing support for “illegal organizations.”

Gamal Mubarak, the former president’s son, is described in an Oct. 20, 2008, cable as “irritable about direct U.S. democracy and governance funding of Egyptian NGOs.”

The Egyptian government even appealed to groups like Freedom House to stop working with local political activists and human rights groups.

“They were constantly saying: ‘Why are you working with those groups, they are nothing. All they have are slogans,’ ” said Sherif Mansour, an Egyptian activist and a senior program officer for the Middle East and North Africa at Freedom House.

When their appeals to the United States government failed, the Egyptian authorities reacted by restricting the activities of the American nonprofit organizations.

Hotels that were to host training sessions were closed for renovations. Staff members of the groups were followed, and local activists were intimidated and jailed. State-owned newspapers accused activists of receiving money from American intelligence agencies.

Affiliating themselves with the American organizations may have tainted leaders within their own groups. According to one diplomatic cable, leaders of the April 6 Youth Movement in Egypt told the American Embassy in 2009 that some members of the group had accused Ahmed Maher, a leader of the January uprising, and other leaders of “treason” in a mock trial related to their association with Freedom House, which more militant members of the movement described as a “Zionist organization.”

A prominent blogger, according to a cable, threatened to post the information about the movement leaders’ links to Freedom House on his blog.

There is no evidence that this ever happened, and a later cable shows that the group ousted the members who were complaining about Mr. Maher and other leaders.

In the face of government opposition, some groups moved their training sessions to friendlier countries like Jordan or Morocco. They also sent activists to the United States for training.

Source : New york times

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Ukraine
commenter cet article
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 19:14

 

C’est un document important que je mets à votre disposition aujourd’hui via Youtube. Vous pouvez également le visionner sur le site de l’assemblée nationale. Il s’agit de l’audition de la secrétaire d’état au commerce extérieur, Fleur Pellerin.

Madame Pellerin fait le point sur les négociations en cours entre les états-unis et la commission européenne concernant le traité transatlantique. Des éléments importants sont communiqués par la secrétaire d’état, comme le mandat de négociation de la commission européenne, les lignes rouges posées par la France ou encore les éléments offensifs revendiqués par l’Europe.

L’affaire BNP Paribas est également évoquée, notamment dans les interventions des députés Pierre Lellouche et Jacques Myard.

Je travaille actuellement à la transcription de l’audition, qui sera l’occasion de faire une étude et un décryptage plus détaillés des éléments d’information qui ont été communiqués. Plusieurs billets à venir donc sur ce sujet, en attendant, vous pouvez prendre connaissance de ce document important et le faire circuler :


 

Pour rappel Madame Fleur Péllerin était à la réunion du Bilderberg au Danemark du 29 mai au 1 juin 2014. Donc tout va bien !!!

Extrait de la liste :

 

FRA   Pellerin, Fleur   State Secretary for Foreign Trade

Traduction : Secrétaire d'Etat chargée du Commerce extérieur

Source : Lesmoutonsenrages.fr

 

*********************************************************************

Une coalition d’organisations de la société civile de toute l’UE rejette les négociations sur le traité de libre-échange…

 

Parce qu’il ne faut pas s’endormir sur le rôti….

Vu sur Via Campesina

Plus de 120 organisations accusent les négociations sur le TAFTA de favoriser les intérêts des grandes entreprises. Dans une déclaration conjointe publiée aujourd’hui, une coalition de 120 organisations de toute l’UE exige un changement radical dans les négociations sur le traité de libre-échange UE/USA, alors que se déroule du 19 au 23 mai, à Arlington (USA), le cinquième cycle de ces négociations.

 

Organisations de défense de l’environnement, mouvements sociaux, associations de consommateurs, organisations de défense de la démocratie, syndicats… tous s’opposent au Partenariat Transatlantique de Commerce et d’Investissement/PTCI/TTIP ou TAFTA, acronyme anglais pour « Traité de libre-échange transatlantique », qui privilégie les intérêts des sociétés transnationales.

Cet accord porte sur des questions aussi diverses que la sécurité sanitaire des aliments, les droits numériques, les normes en matière de droit du travail, de protection sociale et environnementale. Cette déclaration insiste sur les aspects inacceptables du traité et des négociations en cours et propose les solutions voulues par les organisations de la société civile européenne. Ces organisations rejettent :

l ’opacité et le caractère non-démocratique des négociations sur le TAFTA

l ’assouplissement des normes prévu par cet accord

le mécanisme de règlement des différends investisseur-Etats (ISDS) permettant aux sociétés transnationales de porter plainte contre l’UE ou l’un de ses états membres

la structure de gouvernance non-démocratique proposée, avec un Conseil de Coopération Règlementaire, pour une « harmonisation » progressive des règlementations et procédures

Johannes Lauterbach, d’Attac Allemagne, estime que « le TAFTA favorise le contrôle et les droits des entreprises au détriment du contrôle démocratique et des droits des peuples. Ce traité menace de porter sur des questions très diverses. C’est en unissant nos différentes luttes et en offrant une vision d’ensemble que nous donnerons à notre coalition pan-européenne toute sa force. »

C’est le gouvernement américain et la Commission européenne, au nom de ses états membres, qui sont en charge des négociations sur le TAFTA. Les barrières douanières s’appliquant au commerce de marchandises entre les Etats-Unis et l’UE étant déjà faibles, le TAFTA vise surtout à enfoncer le clou en assouplissant les normes, règlementations et procédures d’approbation en matière de santé et de sécurité – ces protections étant perçues par les partisans et négociateurs du traité comme des « entraves au commerce ». La coalition d’organisations de la société civile met particulièrement en garde contre le mécanisme de règlement des différends investisseur-Etat (ISDS) proposé et la menace qu’il fait peser sur la gouvernance démocratique.

Pour Geneviève Savigny, de la Coordination Européenne du mouvement paysan La Via Campesina (ECVC), « l’objectif est clair : abaisser les règlementations en vigueur au profit des multinationales. La plupart des agriculteurs verront leurs revenus diminuer et de plus en plus de petits exploitants seront contraints de quitter leurs terres. Quant aux consommateurs, ils seront plus vulnérables, se retrouveront avec du bœuf aux hormones et des OGM dans leur assiette, sans pouvoir dire quoi que ce soit. »

Wolf Jäcklein, du syndicat CGT, explique que « la création d’un marché commun transatlantique est la clé de voûte d’un programme ambitieux de libéralisation des économies sur les deux rives de de l’Atlantique. Or le TAFTA risque de reproduire les erreurs du Traité de Rome, à savoir : l’UE s’est transformée en usine à gaz qui met les travailleurs de ses états membres en concurrence les uns avec les autres et contribue fortement au dumping social. »

« Au moment où d’autres pays abandonnent le mécanisme de règlement des différends invesitisseur-Etat, la Commission européenne – à la solde des multinationales – tente de nous l’imposer de manière irréversible. Or l’ampleur du mouvement de résistance face à ce mécanisme (organisations non-gouvernementales, écologistes, associations de consommateurs, syndicats, gouvernements…) montre bien que l’ISDS est un mécanisme inacceptable, » renchérit Linda Kaucher de la campagne StopTTIP UK.

La coalition exige une refonte du traité, pour que la priorité soit donnée à la population et à l’environnement, avec au minimum : l’organisation de négociations démocratiques et transparentes, la suppression de tout mécanisme de règlement des différends investisseur-Etat et autre conseil de coopération règlementaire, le non-assouplissement des normes, le refus d’une dérèglementation ou privatisation accrue du service public, la promotion d’une agriculture respectueuse de l’environnement et le maintien de l’autorité politique des pouvoirs publics.

« Nous rejetons en bloc ce TAFTA et l’idée selon laquelle une libéralisation accrue serait profitable à l’environnement ou à l’économie. Ce dont l’Europe a besoin, c’est de meilleurs filets de protection sociale, de plus d’actionnariat public, de normes plus élevées, de plus de droits humains et de droits des animaux et d’une meilleure protection de l’environnement », estime Joe Mobbs du collectif français Les Engraineurs.

La publication de cette déclaration conjointe le 21 mai coïncide avec le cinquième cycle de négociations ainsi qu’avec une journée d’action prévue à Arlington, non loin de Washington DC (Virginie), où se déroulent les négociations. La coalition exprime sa solidarité envers ceux qui, outre-Atlantique, se battent également contre cet accord de libre-échange. La coalition a déjà établi des liens étroits avec des organisations de la société civile aux Etats-Unis et prévoit des actions communes avec ces dernières dans les mois à venir.

Pour plus d’informations :

 Déclaration conjointe :

EN : http://www.bilaterals.org/?people-e…

FR : http://www.bilaterals.org/?les-peup…

PT : http://www.bilaterals.org/?as-pesso…

DE : http://www.bilaterals.org/?menschen…

 Rassemblement anti TAFTA/TTIP à Arlington/USA le 21 mai :

http://bit.ly/taftarally-Contact : Arthur Stamoulis, Citizens Trade Campaign (USA), 001-202-494-8826 ou arthur@citizenstrade.org (www.citizenstrade.org/ctc/)

Contacts :

Johannes Lauterbach, Attac Allemagne email : johanneslauterbach@gmx.net Téléphone : +49 (0)7071 255609

Wolf Jäcklein, CGT (France) email : europinter@cgt.fr Téléphone : +33155828290

Genevieve Savigny, Coordination Européenne Via Campesina email : genevieve.savigny@wanadoo.fr Téléphone : +33625551687

Linda Kaucher, StopTTIP UK email : lindakaucher@hotmail.com Téléphone : +44 207 265 9307

Joe Mobbs, Les Engraineurs (France) email : joe@stop-tafta.info Téléphone : +33 6 83 86 80 66

Source BlogaPares

Voir aussi:

Gaz de schiste, la note choc de Terra Nova.

Terra Nova prend un sérieux risque. Ce think tank classé à gauche se prépare à diffuser aujourd’hui une note qui propose d’abroger la loi interdisant de recourir à la fracturation hydraulique pour extraire les gaz de schiste. De quoi a priori fâcher son camp, largement hostile à cette technique très controversée en France.

« Interdire ne sert qu’à enflammer le débat sur la chance que la France serait en train de rater », explique Gilles Darmois, l’auteur de cette contribution. Il est temps, selon lui, de crever ce qui devient un abcès de fixation contre les gaz de schiste à l’heure où la Grande-Bretagne et l’Allemagne leur ouvrent la porte…….

[...]

Lire la suite sur les Echos.fr

Source : Lesmoutonsenrages.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans T. transatlantique
commenter cet article
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 19:13

 

Si nous avions un doute sur la capacité de râler, critiquer, apporter des solutions,  sans que cela porte à conséquence, nous voilà rassurés Big Brother étudie à coup de millions, la façon de désamorcer les bombes à retardements que sont les peuples en colère. Merci Thierry92.

 

Img/UPR.FR

Un article paru dans le journal britannique « The guardian » : le Pentagone se prépare à une rupture civile de masse

Le journal The Guardian – plutôt classé à gauche sur l’échiquier politique britannique – s’est fait une spécialité, depuis maintenant plusieurs années, d’ouvrir ses colonnes et son site Internet à ce qu’il est convenu d’appeler des whistleblower (traduit approximativement par « lanceurs d’alerte » en français). C’est-à-dire à des citoyens ordinaires (fonctionnaires, chercheurs, universitaires,…), qui décident d’informer le grand public d’un danger ou de dérives dangereuses ou criminelles qu’ils ont pu constater dans leur métier, en interpellant les pouvoirs en place et en suscitant la prise de conscience de leurs contemporains.

Parmi les affaires les plus récentes, The Guardian a par exemple été l’un des principaux médias dans le monde à donner en 2013 la plus large couverture possible à Edward Snowden, ancien employé de la CIA et de la NSA, qui a rendu public les programmes de surveillance de masse de la NSA.

S’inscrivant dans cette ligne éditoriale, The Guardian a publié voici quelques jours – le 12 juin 2014 sur son site Internet – un long article de Nafeez Ahmed, universitaire et journaliste spécialiste de la sécurité internationale.

Cet article révèle au grand public l’existence d’un programme – « l’initiative de recherche Minerva » – lancé par le ministère américain de la Défense, qui consiste à mettre les sciences sociales et les recherches anthropologiques au service opérationnel des militaires américains.

Parmi les objectifs clairement annoncés figure celui d’amener l’armée américaine à étudier la façon dont apparaissent les mouvements de protestation populaire (impliquant plus de 1 000 participants en activité de façon durable) dans 58 pays (dont les États-Unis eux-mêmes), et de la préparer à neutraliser ces mouvements.

L’un des programmes de recherche a ainsi organisé des exercices militaires dans lesquels les participants étaient chargés de repérer ceux qui ‘‘causaient les problèmes’’, ceux qui ‘‘résolvaient les problèmes’’ et le reste de la population. L’objectif opérationnel était de définir une campagne « d’informations » « permettant de déplacer le centre de gravité de l’opinion vers cet ensemble de valeurs et de points de vue qui constituait ‘‘l’état final désiré’’ de la stratégie de l’armée.»

Il ne s’agit pas de suppositions « conspirationnistes », mais de faits établis. Et il ne s’agit pas d’opérations anecdotiques. L’initiative de recherche Minerva doit bénéficier de 75 millions de dollars sur cinq ans et a bénéficié pour cette seule année d’une dotation de 17,8 millions de dollars votée par le Congrès américain. Pour mémoire, le budget alloué par le Congrès à la Commission d’enquête sur le 11 septembre a été de 14 millions de dollars. 

Autant dire que cet article est très intéressant et qu’il me semble devoir être largement diffusé en France.

Je remercie le service de traduction de l’UPR (Elisabeth McCormick) pour avoir traduit en français cet article dont la version originale en anglais peut être consultée ici : http://www.theguardian.com/environment/earth-insight/2014/jun/12/pentagon-mass-civil-breakdown?CMP=twt

 

le pentagone se prépare à une rupture civile de masse

Les sciences sociales se militarisent afin de développer des « outils opérationnels » visant à cibler des militants pacifiques et des mouvements de protestation.

publié par Nafeez Ahmed le 12 juin 2014

 

Le Pentagone finance des recherches en sciences sociales dans le but de modéliser les risques de « contagion sociale » qui pourraient compromettre les intérêts stratégiques américains. Photographe : Jason Reed/REUTERS

Le Département de la Défense américain (DoD) finance un programme de recherche universitaire dont le but est de modéliser la dynamique, les risques et les points de basculement de troubles civils à grande échelle à travers le monde, sous la supervision de diverses agences militaires américaines. Ce programme de plusieurs millions de dollars est conçu pour élaborer des « éclairages pertinents pour les combattants » à court et à long terme, destinés aux hauts fonctionnaires et décideurs de « la communauté de la défense ». Il vise également à informer la politique menée par « les commandements de terrain.»

Lancée en 2008 – l’année de la crise bancaire mondiale – « l’initiative de recherche Minerva » du DoD a noué un partenariat avec les universités, «visant à améliorer la compréhension de base des forces sociales, culturelles, comportementales et politiques qui façonnent les régions du monde d’importance stratégique pour les États-Unis.»

Parmi les projets retenus pour la période 2014-2017 figure une étude dirigée par l’Université de Cornell, gérée par le Bureau scientifique de recherche de l’US Air Force, visant à développer un modèle empirique « de dynamique de mobilisation du mouvement social et des phénomènes de contagion. » Ce projet déterminera « la masse critique (points de basculement) » des contagions sociales à partir de l’étude de leur « empreinte numérique » dans les cas de « la révolution égyptienne de 2011, des élections de 2011 à la Douma en Russie, de la crise du carburant subventionné au Nigéria en 2012, et des manifestations au parc de Gazi en Turquie en 2013. »

Les messages sur Twitter et les conversations seront examinés « afin d’identifier les personnes qui se mobilisent dans une contagion sociale et le moment à partir duquel elles se mobilisent. »

Un autre projet attribué cette année à l’Université de Washington « cherche à découvrir les conditions dans lesquelles les mouvements politiques visant à des changements politiques et économiques à grande échelle prennent naissance » ainsi que leurs « caractéristiques et conséquences ». Ce projet, géré par le Bureau de recherche de l’Armée américaine, met l’accent sur « les mouvements à grande échelle impliquant plus de 1 000 participants en activité de façon durable ». Il couvrira 58 pays au total.

L’an dernier, l’initiative Minerva du DoD a financé un projet permettant de déterminer « Qui ne devient pas un terroriste et pourquoi ? ». Ce projet, cependant, confond les militants pacifiques avec les « partisans de la violence politique », qui se démarquent des terroristes en cela qu’ils ne versent pas eux-mêmes dans le « militantisme armé ». Le projet énonce explicitement qu’il va étudier les activistes non violents :

« Dans chaque société, nous trouvons beaucoup d’individus qui ont en commun les mêmes arrière-plans  démographiques, familiaux, culturels ou socio-économiques que ceux qui ont décidé de s’engager dans le terrorisme et qui, cependant, s’abstiennent eux-mêmes de prendre les armes, même s’ils peuvent être favorables aux objectifs finaux de groupes armés. Dans le domaine des études sur le terrorisme, les études n’ont pas, jusqu’à tout récemment, tenté de regarder ce groupe de contrôle. Ce projet ne traite pas des terroristes, mais des partisans de la violence politique. »

Chacune des 14 études de cas du projet « implique des entretiens approfondis avec plus de dix militants et activistes de partis et d’organisations non gouvernementales qui, bien que favorables aux causes radicales, ont choisi la voie de la non-violence. »

J’ai contacté le chercheur principal du projet, le Professeur Maria Rasmussen de l’École d’études supérieures du Centre naval américain, en lui demandant pourquoi les activistes non violents travaillant pour les ONG devraient être assimilés à des partisans de la violence politique  - et quels « partis et organisations non gouvernementales » sont ainsi étudiés. Mais je n’ai reçu aucune réponse.

De même, le personnel du programme Minerva a refusé de répondre à une série de questions similaires que je leur ai soumises, demandant notamment comment les « causes radicales » promues par les ONG pacifistes pouvaient constituer une menace potentielle à la sécurité nationale susceptible d’intéresser le DoD.

Entre autres questions, j’ai demandé :

  • « Le Département américain de la Défense voit-il les mouvements de protestation et l’activisme social dans différentes parties du monde comme une menace pour la sécurité nationale américaine ? Si oui pourquoi ? »
  • « Le Département de la Défense américain considère-t-il les mouvements politiques visant un changement politique et économique à grande échelle comme une question de sécurité nationale ? Si oui pourquoi ? »
  • « L’activisme, la protestation, les ‘’mouvements politiques’’ et bien sûr les ONG sont des éléments vitaux d’une société civile saine et de la démocratie. Pourquoi le DoD finance-t-il des recherches pour étudier de telles questions ? »

Le Dr Erin Fitzgerald, directeur du programme Minerva m’a répondu  : « J’apprécie votre intérêt et je suis heureux que vous nous contactiez pour nous donner l’occasion d’apporter des clarifications », avant de me promettre une réponse plus détaillée. Au lieu de quoi, j’ai reçu la vague déclaration suivante du bureau de presse du DoD :

« Le Département  de la Défense prend au sérieux son rôle en matière de sécurité des États-Unis, de ses citoyens, des alliés de l’Amérique et de ses partenaires. Alors que tous les défis concernant la sécurité ne provoquent pas de conflit et que tous les conflits n’impliquent pas l’intervention de l’armée américaine, Minerva contribue à financer des recherches en sciences sociales fondamentales qui aident le département de la Défense à mieux comprendre ce qui provoque l’instabilité et l’insécurité dans le monde entier. Par une meilleure compréhension de ces conflits et de leurs causes préalables, le Département de la défense peut mieux se préparer au futur environnement de sécurité dynamique. »

En 2013, Minerva a financé un projet de l’Université du Maryland, en collaboration avec le laboratoire Pacific Northwest National du département américain de l’énergie, pour évaluer le risque de troubles civils dus au changement climatique. Ce projet triennal de 1,9 million de dollars élabore des modèles pour anticiper ce qui pourrait arriver aux sociétés, selon un éventail de scénarios de changements climatiques potentiels.

Dès le départ, le programme Minerva a été prévu pour fournir plus de 75 millions de dollars sur cinq ans dédiés à la recherche en sciences sociales et comportementales. Pour cette seule année, il lui a été alloué un budget total de 17,8 millions de dollars par le Congrès américain.  

Une communication par courriel interne destiné au personnel de Minerva – référencée dans un mémoire d’ expertise de 2012 – révèle que le programme est orienté vers des résultats rapides destinés à être directement applicables aux opérations sur le terrain. Le mémoire faisait partie d’un projet financé par Minerva  visant à « contrer le discours musulman radical » à l’Université de l’État de l’Arizona.

Un courriel interne du Professeur Steve Corman, chercheur principal du projet, fait état d’une rencontre organisée par le Programme de Modélisation Humaine, Sociale, Culturelle et Comportementale (HSCB) du Département de la Défense, programme dans lequel des hauts responsables du Pentagone indiquent que leurs priorités sont « de développer des capacités rapidement disponibles » sous forme de « modèles et outils pouvant être intégrés aux opérations ».

Corman précise dans son courriel que, bien que le responsable du Bureau de Recherche navale, le Dr Harold Hawkins, ait assuré d’emblée aux chercheurs de l’Université que le projet n’était qu’« un effort de recherche courant, donc nous ne devrions pas être préoccupés par son application pratique », la réunion a en réalité montré que le DoD cherche à « mettre en application les résultats ». Corman conseille à ses chercheurs de « penser à présenter les résultats, les rapports, etc., de telle sorte qu’ils [le DoD] puissent clairement voir leur application comme outils qui peuvent être mis en place sur le terrain. »

De nombreux chercheurs indépendants critiquent ce qu’ils considèrent être les efforts du gouvernement américain en matière de militarisation des sciences sociales au service de la guerre. En mai 2008, l’Association Américaine d’Anthropologie (AAA) a écrit au gouvernement américain pour souligner que le Pentagone n’a pas « le genre d’infrastructure pour évaluer la recherche anthropologique [et autres sciences sociales] » d’une manière qui assure « un examen par les pairs, rigoureux, objectif et équilibré » ; elle a demandé que de telles recherches soient gérées à la place par des organismes civils comme la Fondation National des Sciences (NSF).

Le mois suivant, le DoD a signé un protocole d’entente (Memorandum of understanding) (MoU) avec la NSF afin de pouvoir coopérer à la gestion de Minerva. En réponse, l’AAA a mis en garde que, même si les propositions de recherche devaient désormais être évaluées par des comités d’examen du mérite de la NSF, « les fonctionnaires du Pentagone auront le pouvoir de décision au moment de déterminer qui siègera aux comités d’examen » :

«… Il reste des inquiétudes dans la discipline que la recherche soit financée uniquement lorsqu’elle prend en compte l’ordre du jour du Pentagone. Les autres critiques du programme, notamment le Réseau des anthropologues engagés, ont fait état de leurs inquiétudes quant à un programme susceptible de décourager la recherche dans d’autres domaines importants, et de saper le rôle de l’Université comme lieu de discussion indépendant et de critique des instances militaires ».

Selon le professeur David Price, anthropologue culturel à l’Université de Saint-Martin à Washington DC et auteur de La militarisation de l’anthropologie : Les sciences sociales au service de l’État militarisé : « Lorsque vous regardez chaque élément d’un grand nombre de ces projets, ils se présentent comme des sciences sociales normales, d’analyse textuelle, de recherche historique et ainsi de suite ; mais lorsque vous additionnez tous ces morceaux, ils partagent tous des thèmes de lisibilité avec toutes les distorsions résultant de la sur-simplification. Minerva travaille à la production des éléments de l’empire d’une façon qui peut permettre aux gens de dissocier leurs contributions individuelles du projet d’ensemble. »

Le Professeur Price a précédemment exposé comment le programme HTS (Human Terrain Systems) du Pentagone – programme conçu pour intégrer des spécialistes des sciences sociales dans le domaine des opérations militaires – conduit régulièrement des scénarios de formation dans les régions « à l’intérieur des États-Unis. »

Citant une critique sommaire du programme envoyée aux directeurs d’HTS par un ancien employé, Price a rapporté que les scénarios de formation HTS « ont adapté COIN [contre-insurrection] pour l’Afghanistan et l’Irak » à des « situations internes aux États-Unis » où la population locale était considérée d’un point de vue militaire comme une menace pour l’équilibre du pouvoir et de l’influence et une contestation de la loi et de l’ordre ».

Price rapporte qu’un exercice militaire impliquait des militants écologistes protestant contre la pollution provenant d’une centrale au charbon près du Missouri, dont certains étaient membres de l’ONG environnementale bien connue Sierra Club. Les participants furent chargés d’« identifier ceux qui ‘‘résolvaient les problèmes’’», ceux qui ‘‘causaient les problèmes’’ et le reste de la population, qui devait être la cible d’opérations d’informations afin de déplacer le centre de gravité de l’opinion vers cet ensemble de valeurs et de points de vue qui constituait ‘‘l’état final désiré’’ de la stratégie de l’armée. »

Ces exercices militaires s’inscrivent dans le droit fil d’une série de documents du Pentagone qui indiquent que la surveillance de masse de l’Agence de la Sécurité Nationale (National Security Agency – NSA) est en partie motivée par la préparation à l’impact déstabilisateur des chocs à venir, environnementaux, énergétiques et économiques.

James Petras, professeur de sociologie à l’Université de Binghamton à New York, partage les inquiétudes de Price. Les sociologues financés par Minerva et liés aux opérations de contre-insurrection du Pentagone sont impliqués dans l’« étude des émotions survenant lorsqu’on alimente ou que l’on réprime des mouvements déterminés par une idéologie » ajoute-t-il, notamment pour « contrer des mouvements populaires. »

Minerva est un excellent exemple de la profonde étroitesse d’esprit et de la nature défaitiste de l’idéologie militaire. Pire encore, la mauvaise volonté des responsables du DoD pour répondre aux questions les plus fondamentales est symptomatique d’une évidence : dans leur mission à toute épreuve pour défendre un système mondial de plus en plus impopulaire qui sert les intérêts d’une infime minorité, les agences de sécurité n’hésitent pas à peindre le reste d’entre nous comme des terroristes en puissance.

——————————————————————————————-

Le Dr Nafeez Ahmed est un universitaire et un journaliste spécialiste de la sécurité internationale. Il est l’auteur du Guide de l’utilisateur de la crise de civilisation : et comment la sauver ainsi que du roman de science-fiction à paraître, ZÉRO POINT.

Source UPR.FR

Source : Lesmoutonsenrages.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans NWO
commenter cet article
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 15:34

 

Permalien de l'image intégrée



Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans NWO
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 15:52

 

George Soros s’engage à verser 100 millions de dollars à Human Rights Watch

 

Les articles sur la CPI dont parle Kemi Seba viennent du site web "Solidarité et Progrès" :

1) La vérité sur la CPI

 

2) Soudan : l’ombre de George Soros plane sur la CPI

6 mars 2009 (Nouvelle Solidarité) — Examinant la genèse du mandat d’arrêt lancé par la Cour pénale internationale (CPI), l’ombre du milliardaire américain pro-britannique George Soros, condamné en France pour "délit d’initié", apparaît à chaque instant, en particulier à travers la présence au sein des organisations internationales de son ancien voisin et ami intime, le ministre britannique des Affaires étrangères et du Commonwealth chargé de l’Afrique, de l’Asie et des Nations unies, et ancien vice secrétaire général des Nations unies, Lord Mark Malloch Brown.

Ce dernier, après avoir officié comme vice-président aussi bien du fonds spéculatif de Soros, le Quantum Fund basé dans les Antilles néerlandaises, que de l’Open Society Institute (OSI), connu pour son rôle dans les « révolutions de couleur », vient d’être nommé par Gordon Brown comme son « envoyé spécial » en charge d’organiser le sommet du G20 le 2 avril à Londres.

En janvier 2005, le malheureux secrétaire général de l’ONU Kofi Annan choisit Malloch Brown, ancien journaliste de la revue des banquiers de la City de Londres, The Economist, et ancien vice-président de la Banque mondiale, comme son « chef de cabinet », ce dernier gardant toutefois son statut d’administrateur du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), un des postes les plus importants à l’ONU.

Pure coïncidence du calendrier, à peine quelques mois plus tard, en avril 2005, Annan livre les noms de 51 suspects, soupçonnés d’avoir massacré des milliers de personnes au Darfour, au premier procureur de la CPI, l’argentin Luis Moreno-Ocampo. L’affaire du Darfour fut le premier cas confié par le Conseil de Sécurité de l’ONU à la CPI, une décision qui renforça son statut et celui de son procureur.

Comme Malloch Brown, Moreno-Ocampo a travaillé pour la Banque mondiale, mais cette fois-ci comme « consultant sur la corruption ». Avant d’occuper ce poste, il fut le président pour l’Amérique latine et les Caraïbes d’une ONG que finance George Soros, Transparency International (TI). Le monde est petit.

En 2005, Moreno-Ocampa affirmait qu’il avait confiance qu’un jour les Etats-Unis deviendraient eux aussi devenir membre de la CPI. « Qui ne peut pas soutenir la nécessité de sanctionner un génocide ? » lançait-il en prédisant que « d’ici vingt ans, tout le monde sera membre de la Cour ».

« Nous vivons la décennie de l’Afrique. Les années 1980 était la décennie de l’Amérique latine, les années 1990 celle de l’Europe de l’Est, et maintenant nous devons travailler avec l’Afrique » dit-il. L’Afrique est en effet une cible de choix de la CPI, qui commença par traquer des suspects dans la République centrafricaine, la Cote d’Ivoire et le Burundi.

Comme le confirme notamment cette vidéo (en anglais) de septembre 2007, Malloch Brown a été une force motrice derrière la campagne de la CPI.

A lire : Soros ouvre l’Afrique à la recolonisation britannique

Source : http://www.solidariteetprogres.org

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans NWO
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 09:30

 

Un excellent débat en Belgique sur les médias !!! Reprenez-le, téléchargez-le (pour qu’il ne disparaisse pas…) et diffusez-le !

 

MICHEL COLLON : « J’ai eu la chance de participer la semaine dernière à un débat assez extraordinaire. Avec un vieil ami Bernard Hennebert, dont j’apprécie depuis longtemps le travail pour la démocratisation et l’accès de tous à la culture. Mais aussi, et c’était nouveau, et même exceptionnel, avec une journaliste qui a travaillé 19 ans à RTL-TVI (équivalent belge de TF1).

Avec un courage et une franchise remarquables, Nadia Bouria a témoigné sur base de son vécu (à partir de 29′) : comment fonctionne la désinformation, quelles sont les cibles, journalistes sans formation, infos non vérifiées, bâclage des sources, info-marchandise : » Le but n’est pas de vous informer, mais de faire de l’argent ». Elle a aussi parlé des « relations quasi-incestueuses » entre le monde politique et les médias dans les reportages de guerre.

J’ai été particulièrement ému d’entendre ce témoignage courageux. Nous nous rejoignons très fort, il me semble, Nadia qui a travaillé dans le système, et moi qui travaille hors de ce système pour développer une info indépendante. Même diagnostic en général : c’est un système dont la plupart des journalistes ne sont même pas conscients. Mais un système qui fait grand tort aux citoyens.

Mon exposé (à partir de 47’15″) rebondit sur cette analyse exceptionelle de Nadia Bouria, en recherchant les causes des médiamensonge sur les guerres et du refus de tout débat et autocritique (exemples récents : Ukraine, Syrie dans la presse occidentale), et fait appel à… Albert Einstein pour expliquer le système médiatique et politique.

Dans le dialogue qui a suivi, nous avons répondu à une jeune étudiante (le débat était organisé par une école de communication bruxelloise) demandant s’il était encore possible d’être journaliste, nous avons tous deux répondu que c’était un métier magnifique, mais à condition de pouvoir l’exercer de façon vraiment indépendante, et que là était le problème…

L’ensemble de la vidéo n’est pas bref, c’est un fait, mais les questions du public s’avèrent fort intéressantes. Les réponses aussi, je crois, enfin à vous de voir… » (Source : AgoraVox)

 

==================================================================

 

Nadia BOURIA : Formatrice, Juriste et Journaliste (ex-RTL-TVI)

Michel COLLON : Journaliste, essayiste et fondateur du collectif indépendant Investig’Action.

Bernard HENNEBERT : Journaliste et écrivain. Fondateur et coordinateur de l’Association des téléspectateurs Actifs (A.T.A.).

Olivier MUKUNA : journaliste travaillant sur la question de la liberté d’expression et celle du métissage au travers du prisme médiatique francophone, et co-fondateur du site d’informations FDC

 

Les vidéos :

Média 1 

Média 2

Téléchargez absolument la vidéo ici, des fois qu’elle disparaisse… (click droit + “enregistrer la cible sous”)

Les extraits :

L’extrait de Nadia Bouria :

Extrait 1

Téléchargez absolument la vidéo ici, des fois qu’elle disparaisse… (click droit + “enregistrer la cible sous”)

L’extrait de Michel Collon :

Extrait 2

Pour aller plus loin sur La Table Ronde des Industriels Européens (European Round Table, ERT)

Ajout personnel sur les médias

Sur la Syrie

Les questions :

Questions 1

Questions 2

 

Sources et articles complets sur Les-crises.fr

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans NWO
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 02:15

 

http://www.anonsweden.se/wp-content/uploads/2014/02/Anonymous-ddos1.jpg

 

Le mouvement de hackers Anonymous s'oppose clairement à la Coupe du Monde. Dans un communiqué de presse vidéo, il menace plus directement le gouvernement brésilien de représailles informatiques "pour sa corruption et ses actions contre le peuple". Marquant son soutien aux nombreux manifestants, Anonymous a déclaré avoir pris pour cible de nombreux annonceurs et partenaires de la compétition. Le mouvement a récemment piraté, entre autres, l'un des principaux sites de la Coupe et celui d'un sénateur fédéral.

 

"Vous avez créé un système dans lequel le pauvre reste pauvre, et le riche reste riche", déclare le mouvement dans la vidéo adressée au gouvernement de la présidente Dilma Rousseff.  "Il est très clair que vous n'avez pas l'intention de gouverner ce pays pour le peuple, mais que vous continuerez à le gouverner dans votre propre intérêt personnel", continue la voix synthétique, incarnée par un personnage portant le célèbre masque du mouvement de hackers anonymes.

Postée le 10 juin dernier, la vidéo rappelle que le mouvement a lancé #OPMundial2014, une opération qui veut faire cesser "la violence des forces de l'ordre contre des manifestants pacifiques" en s'attaquant aux sites du gouvernement et aux sponsors de la Coupe.

Le mouvement conclut d'ailleurs son "communiqué de presse" par un avertissement qui sonne comme une menace: "Gouvernement du Brésil, il est trop tard pour nous attendre".

 

Anonymous s'attaque à la coupe du monde et menace le gouvernement brésilien

Anonymous s'attaque à la coupe du monde et menace le gouvernement brésilien - © Tous droits réservés

L'un des principaux sites brésiliens du Mondial, brazilcup.com.br, est également hors-service. Anonymous Brazil revendique son piratage.

 

Anonymous s'attaque à la coupe du monde et menace le gouvernement brésilien

Anonymous s'attaque à la coupe du monde et menace le gouvernement brésilien - © Tous droits réservés

Le 9 juin dernier, Che Commodore avait annoncé que des tweets - répertoriés avec le mot-clé #OpHackingCup - indiquant les prochaines cibles commenceraient à affluer le 11 juin à 14 heures sur le compte d'Anonymous Brazil.

 

Depuis, la liste de sites appartenant aux sponsors de la Coupe du Monde ou au gouvernement qui ont été hackés par le mouvement s'allonge de jour en jour.

Anonymous Brazil revendique aussi le piratage des sites de la Banque du Brésil, de la police militaire ou encore des services secrets brésiliens.

Les "hacktivistes" masqués mènent leur propre Coupe du Monde, et le match qu'ils ont engagé contre la FIFA semble loin du dernier coup de sifflet.

"Anonymous-Fifa: 137-0", ironise le groupe sur sa page Twitter.

Germain Renier

Source : RTBF

Autre source venant d'un commentaire sur Les Moutons Enragés :

Salut! Anonymous: #OpWorldCup #OpHackingCup liste des attaques effectuées
http://quoideneuf1.over-blog.com/2014/06/anonymous-opworldcup-a-commence-voici-quelques-cibles-touch%C3%A9es.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans NWO
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Philip Dru
  • Le blog de Philip Dru
  • : Depuis cinq ans je suis l'actualité sur le nouvel ordre mondial, le 11 septembre, la crise de la dette, les Young Leaders de la French-American Foundation. J'essaie de rassembler tout sur mon blog.
  • Contact

Profil

  • Philip Dru
  • J'ai fait ce blog par révolte sur le systeme financier, la création monétaire par le crédit, la reserve fractionnaire. La BCE prête notre argent à 0,05% au banques privées et elles le prêtent aux états à 3, 4, 5, 6, 7, 8...% donc à nous.
  • J'ai fait ce blog par révolte sur le systeme financier, la création monétaire par le crédit, la reserve fractionnaire. La BCE prête notre argent à 0,05% au banques privées et elles le prêtent aux états à 3, 4, 5, 6, 7, 8...% donc à nous.

Recherche

Texte Libre

Revenir à l'accueil

 

Contact

 

 

 

Code barres 666

 

 
Je ne suis pas responsable des publicités sur mon blog. Over-blog impose des pubs à tous les blogs non prémium. Voici un extrait de leur mail : "Pour continuer de vous fournir un espace d’expression libre, gratuit et facile d’accès, votre blog intégrera prochainement quelques espaces publicitaires. Ce changement va nous permettre de continuer de vous apporter un service de qualité. De nombreuses nouveautés vont bientôt voir le jour, vous permettant d’améliorer vos publications et de renforcer votre présence sur le web".
 
Sinon voila la solution :
 
Certaines pubs passent au-dessus d'adblock, désolé.
Marre des pubs ?  Téléchargez  Adblock plus  pour Firefox, Chrome, Android, Opera, Internet Explorer, Safari. Vidéo . Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube.
 
 
Philip Dru Administrator   

Qui aurait pu croire qu'un petit
bouton rouge pouvait faire
autant de choses?
(Cliquez dessus)

 

 

 

Le retour de la boxnews chatango!