Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 01:40

U.S. Education Reform and National Security

Chairs: Joel I. Klein, News Corporation, and Condoleezza Rice, Stanford University
Director: Julia Levy, Culture Craver

Condoleezza Rice néoconservatrice membre du Project for the New American Century (PNAC).

"L'éducation est un système d'ignorance imposée."
"Des centaines de milliards de dollars sont dépensés chaque année pour contrôler l'opinion public."
Noam Chomsky, professeur et auteur américain

Voila un bon exemple :

 

U.S. Education Reform and National Security - us-education-reform-and-national-security
Order Print Edition

Publisher Council on Foreign Relations Press

Release Date March 2012

Price $15.00

120 pages
ISBN 978-0-87609-520-1
Task Force Report No. 68

Share

Overview

The United States' failure to educate its students leaves them unprepared to compete and threatens the country's ability to thrive in a global economy and maintain its leadership role, finds a new Council on Foreign Relations (CFR)–sponsored Independent Task Force report on U.S. Education Reform and National Security.

"Educational failure puts the United States' future economic prosperity, global position, and physical safety at risk," warns the Task Force, chaired by Joel I. Klein, former head of New York City public schools, and Condoleezza Rice, former U.S. secretary of state. The country "will not be able to keep pace—much less lead—globally unless it moves to fix the problems it has allowed to fester for too long," argues the Task Force.

Task Force Co-Chairs Joel I. Klein and Condoleezza Rice

The report notes that while the United States invests more in K-12 public education than many other developed countries, its students are ill prepared to compete with their global peers. According to the results of the 2009 Program for International Student Assessment (PISA), an international assessment that measures the performance of 15-year-olds in reading, mathematics, and science every three years, U.S. students rank fourteenth in reading, twenty-fifth in math, and seventeenth in science compared to students in other industrialized countries.

Though there are many successful individual schools and promising reform efforts, the national statistics on educational outcomes are disheartening:

  • More than 25 percent of students fail to graduate from high school in four years; for African-American and Hispanic students, this number is approaching 40 percent.
  • In civics, only a quarter of U.S. students are proficient or better on the National Assessment of Educational Progress.
  • Although the United States is a nation of immigrants, roughly eight in ten Americans speak only English and a decreasing number of schools are teaching foreign languages.
  • A recent report by ACT, the not-for-profit testing organization, found that only 22 percent of U.S. high school students met "college ready" standards in all of their core subjects; these figures are even lower for African-American and Hispanic students.
  • The College Board reported that even among college-bound seniors, only 43 percent met college-ready standards, meaning that more college students need to take remedial courses.

The lack of preparedness poses threats on five national security fronts: economic growth and competitiveness, physical safety, intellectual property, U.S. global awareness, and U.S. unity and cohesion, says the report. Too many young people are not employable in an increasingly high-skilled and global economy, and too many are not qualified to join the military because they are physically unfit, have criminal records, or have an inadequate level of education.

"Human capital will determine power in the current century, and the failure to produce that capital will undermine America's security," the report states. "Large, undereducated swaths of the population damage the ability of the United States to physically defend itself, protect its secure information, conduct diplomacy, and grow its economy."

The Task Force proposes three overarching policy recommendations:

  • Implement educational expectations and assessments in subjects vital to protecting national security. "With the support of the federal government and industry partners, states should expand the Common Core State Standards, ensuring that students are mastering the skills and knowledge necessary to safeguard the country's national security."
  • Make structural changes to provide students with good choices. "Enhanced choice and competition, in an environment of equitable resource allocation, will fuel the innovation necessary to transform results."
  • Launch a "national security readiness audit" to hold schools and policymakers accountable for results and to raise public awareness. "There should be a coordinated, national effort to assess whether students are learning the skills and knowledge necessary to safeguard America's future security and prosperity. The results should be publicized to engage the American people in addressing problems and building on successes."

The Task Force includes thirty-one prominent education experts, national security authorities, and corporate leaders who reached consensus on a set of contentious issues. The report also includes a number of additional and dissenting views by Task Force members. The Task Force is directed by Julia Levy, an entrepreneur and former director of communications for the New York City Department of Education.

The Task Force believes that its message and recommendations "can reshape education in the United States and put this country on track to be an educational, economic, military, and diplomatic global leader."

Source:http://www.cfr.org/united-states/us-education-reform-national-security/p27618?co=C007301

 

Une étude de Laurence Shoup et de William Minter des curriculum vitæ de 502 membres importants des gouvernements des États-Unis sur la période allant de 1945 à 1972 a montré que plus de cinquante pour cent d'entre eux avaient été membres du Council on Foreign Relations. Pour ces auteurs, être membres de cette institution pouvait être considéré comme « un rite de passage pour quelqu'un aspirant être un dirigeant de la sécurité nationale »10.

Source:http://fr.wikipedia.org/wiki/Council_on_Foreign_Relations

 

Un peu d'histoire sur le CFR

 

Des années 1920 à la fin de la seconde guerre mondiale

Le Council on Foreign Relations est né de la fusion entre un groupe de juristes internationaux et de banquiers (Paul Warburg de la FED de New York, Frank Vanderclip et J.P. Morgan ) réunis autour d'Elihu Root12qui le fondèrent en juin 1918 et des anciens de l'Inquiry, c'est-à-dire du groupe de travail formé sous l'impulsion du président Woodrow Wilson et de son conseiller spécial le colonel Edward Mandell House écrivain du livre (Philip Dru Administrator) . Ce groupe qui comprenait Walter Lippmann réunissait des jeunes à la fois créatifs et ambitieux. À Paris lors d'une réunion à l'hôtel Majestic avec leurs homologues britanniques, ils décidèrent de former un institut anglo-américain d'études internationales avec une branche à Londres et une à New York. Les britanniques formèrent le Royal Institute of International Affairs, les américains de retour chez eux s'avisèrent que leur pays n'avait pas les mêmes problèmes que la Grande-Bretagne et que donc il convenait de créer un organisme séparé. De leur côté les anglais étaient arrivés à la même conclusion de sorte qu'il n'y eut pas de problème entre ces deux institutions. Les américains se rapprochèrent du groupe d'Elihu Root, les uns apportant les fonds et les relations sociales les autres les idées, l'expertise et l'expérience diplomatique. Toutefois la nécessité de ménager les egos fit que ce n'est que le 29 juillet 1921 que la nouvelle institution put démarrer, sous la présidence de John W. Davis, ancien ambassadeur à Londres. En 1922, l'association qui comptait déjà trois cent membres, reçut en grande pompe son premier hôte de marque, Georges Clemenceau13. En septembre 1922, ils lancent la revue Foreign Affairs dont la vente se révèle bien meilleure que prévue. Dans le premier numéro, Elihu Root écrivit qu'isolationniste ou pas, l'Amérique était devenue une puissance mondiale et que le public devait le savoir14.

En 1925 W. E. B. Du Bois, un africain-américain, écrit un article intitulé "World of Color" dans Foreign Affairs15. Toutefois, des tensions persistèrent entre les universitaires soucieux de connaître les opinions de tous et les autres. En mars 1933, Henry Stimson qui fut plusieurs fois ministres, fut choqué qu'un Japonais ait été invité à parler. Une autre controverse s'ouvrit en 1937, suite à la parution du livre d'Hamilton Fitz Armstrong et d'Allen Dulles Can We Be Neutral ?. Un ouvrage dans lequel les auteurs attaquaient les isolationnistes et se prononçaient la fois en faveur de l'intervention des États-Unis dans la lutte contre le nazisme. La controverse entre interventionniste et isolationniste qui suivit, ne prit fin qu'avec l'entrée en guerre des États-Unis15. Durant cette période, des membres du CFN servirent dans l'OSS, d'autres occupèrent des positions élevés (Henry Stimson fut ministre de la guerre, John McCloy devint son adjoint, Averell Harriman joua un rôle diplomatique important) et une centaine furent intégrés, avec l'aval du ministère des affaires étrangères, dans le projet War and Peace qui comportait quatre groupes,: économique et financier avec notamment Alvin Hansen et Jacob Viner, Sécurité et armement, territoire et politique16.

 

Le Council on Foreign Relations sur wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Council_on_Foreign_Relations

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans NWO
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Philip Dru
  • Le blog de Philip Dru
  • : Depuis cinq ans je suis l'actualité sur le nouvel ordre mondial, le 11 septembre, la crise de la dette, les Young Leaders de la French-American Foundation. J'essaie de rassembler tout sur mon blog.
  • Contact

Profil

  • Philip Dru
  • J'ai fait ce blog par révolte sur le systeme financier, la création monétaire par le crédit, la reserve fractionnaire. La BCE prête notre argent à 0,05% au banques privées et elles le prêtent aux états à 3, 4, 5, 6, 7, 8...% donc à nous.
  • J'ai fait ce blog par révolte sur le systeme financier, la création monétaire par le crédit, la reserve fractionnaire. La BCE prête notre argent à 0,05% au banques privées et elles le prêtent aux états à 3, 4, 5, 6, 7, 8...% donc à nous.

Recherche

Texte Libre

Revenir à l'accueil

 

Contact

 

 

 

Code barres 666

 

 
Je ne suis pas responsable des publicités sur mon blog. Over-blog impose des pubs à tous les blogs non prémium. Voici un extrait de leur mail : "Pour continuer de vous fournir un espace d’expression libre, gratuit et facile d’accès, votre blog intégrera prochainement quelques espaces publicitaires. Ce changement va nous permettre de continuer de vous apporter un service de qualité. De nombreuses nouveautés vont bientôt voir le jour, vous permettant d’améliorer vos publications et de renforcer votre présence sur le web".
 
Sinon voila la solution :
 
Certaines pubs passent au-dessus d'adblock, désolé.
Marre des pubs ?  Téléchargez  Adblock plus  pour Firefox, Chrome, Android, Opera, Internet Explorer, Safari. Vidéo . Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube.
 
 
Philip Dru Administrator   

Qui aurait pu croire qu'un petit
bouton rouge pouvait faire
autant de choses?
(Cliquez dessus)

 

 

 

Le retour de la boxnews chatango!