Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 10:27

Fraîchement élu, François Hollande avait fait une promesse : s'attaquer au monde de la finance en doublant les taxes sur les transactions boursières. Il pensait ainsi mettre fin à une bulle spéculative dangereuse sans se rendre compte (ou pas) qu'il favorisait en fait fiscalement les spéculateurs boursiers.


Le gouvernement Hollande a en fait mis en place deux mesures fiscales qui pénalisent les particuliers, et non les spéculateurs.  

Plus de 90% des ordres boursiers sont spéculatifs, mais échappent aux nouveaux impôts créés par le gouvernement. Officiellement, on allait voir ce qu’on allait voir. Avec François Hollande, on allait accrocher « les boursicoteurs à la lanterne » ! En réalité, le gouvernement Hollande a mis en place deux mesures fiscales qui pénalisent les particuliers qui font quelques investissements boursiers placés dans la durée, en « bon père de famille », alors qu’elles exonèrent les boursicoteurs spéculateurs. Ignorance ? Incompétence ? Soumission aux lobbys ? L’illustration d’un double discours, complaisamment relayés par la plupart des médias.

Pour les particuliers qui investissent en bourse en misant dans  une grande entreprise, dans la durée, l’addition se corse :

 D’une part, le gouvernement a décidé de doubler la taxation sur les transactions boursières mise en place par le gouvernement précédent, la portant à 0,20%. Officiellement, c’est aux intermédiaires financiers de l’acquitter. En pratique, celle-ci a été répercutée aux particuliers, via des hausses des frais de transactions (de 300% à 400% !) ou des frais de gestion. D’autre part, le gouvernement a également décidé d’accroître la fiscalité sur les dividendes, en supprimant le prélèvement libératoire. Or, pour un investisseur gérant prudemment, la régularité et le niveau de rendement d’un titre, c’est-à-dire le montant du dividende versé par l’entreprise, sont des critères importants d’investissement. Comme en immobilier, le gestionnaire raisonnable compte sur le long terme, sur la régularité du rendement, bien plus que sur une hypothétique  plus-value, tandis que le spéculateur ne se soucie guère du rendement, focalisé sur les plus-values court terme, les « coups ». Depuis longtemps, le diagnostic est fait : deux pratiques, largement répandues chez les spéculateurs boursiers, sont à la fois dangereuses pour la stabilité et économiquement largement inutiles, en plus d’être moralement contestables. Il s’agit d’une part du « trading à haute fréquence » (TAF), et d’autre part des « ventes à découvert». 

Rappelons que le TAF représente des millions de transactions spéculatives, effectuées par des ordinateurs en micro-secondes. Le TAF représente en 2011 : 90% des ordres envoyés sur le marché français et 30% des transactions. Or, les achats et ventes par TAF ne sont pas soumis à la taxe Hollande de 0,20%. La raison : l’achat et la vente sont réalisés dans la même journée (« day trading ») ou parfois dans la même minute (TAF). Du coup, à la fin de la journée, quand la taxe et calculée, le spéculateur ne possède aucun titre en portefeuille. Pas de titre, pas de taxe à payer. Le tour est joué. Pour la même raison, le spéculateur ne perçoit pas le dividende versé par l’entreprise à ses actionnaires, puisqu’il ne possède pas le titre au moment du détachement du coupon. Donc, il se moque bien de la hausse de la fiscalité sur les dividendes.

Même problème pour les ventes à découvert. De même que les gouvernements ont pris l’habitude de dépenser l’argent qu’ils n’ont pas ( je ne suis pas d'accord avec la partie en rouge, ce sont les banques qui prêtent de l'argent qu'elles n'ont pas par la reserve fractionnaire, journal de droite libérale...)*, certains spéculateurs se sont spécialisés dans la « vente à découvert ». Le principe malsain : vendre une action que l’on n’a pas, en s’engageant à l’acheter plus tard, pour « solder l’opération », en espérant que le prix ait baissé entre temps, pour encaisser l’écart de prix. Cette spéculation sur la baisse des valeurs d’une devise, d’une matière première, d’une banque,… n’est pas étrangère à l’effondrement de certaines économies. On vend en premier une action que l’on n’a pas, donc on ne paye pas la taxe sur l’achat des actions. Et quand on l’achète enfin, le solde du portefeuille est nul. Donc à nouveau pas de taxe. Inutile de  dire, par ailleurs, que celui qui spécule sur l’effondrement d’un titre ne se soucie guère de percevoir un dividende. Ce « shorteur »  n’est donc pas non plus concerné par la nouvelle taxation. Aussi simple que cela…

On pourrait également parler des « achats à terme ». Le principe : le spéculateur ne paye que 20% de l’action qu’il « achète », sorte d’acompte versé. Puis, il paye une petit frais financier mensuel, dit « frais de report », pour pouvoir conserver le titre de mois en mois, sans finir de le payer. Généralement le spéculateur revend le titre avant d’avoir fini de le payer. Le but de cette pratique : l’effet de levier. Pouvoir acheter et vendre pour 100 € d’action, en ne possédant et en ne payant que 20 €. Comme pour les ventes à découvert, les acheteurs à terme ne sont légalement jamais complètement propriétaires des actions. Pas de dividende non plus. Donc pas de taxe pour eux non plus.

Au final, qui paye donc cette nouvelle taxe Hollande, me direz-vous ? Uniquement ceux qui ont acheté et conservé les actions des grandes entreprises françaises, telles Peugeot, Renault, Air France… car les sociétés étrangères ne sont pas concernés par cette taxe. Pour les gestionnaires en « bons pères de famille » qui détiennent ces valeurs, et qui sont fatigués d’être pris pour des « pigeons » fiscaux, une solution s’offre donc à eux : vendre leurs titres Peugeot ou Renault au profit des titres Fiat, Ford ou Honda, tous côtés à Paris, et facilement accessibles. Grâce à Monsieur Hollande et Monsieur Montebourg notamment, ces titres étrangers échappent à l’impôt « réservé aux seules sociétés françaises »…Pendant ce temps-là, ce dernier fait sa promotion en une des journaux, en posant en marinière, sur le thème du « sauveur de la France». Vive la France ou vive la com… ?


*Wright Patman, membre démocrate du Congrès 1928-1976 président du comité de la Banque et de la Monnaie 1963-1975          
Je n’ai jamais vu personne ayant pu, avec logique et rationalité, justifier que le gouvernement fédéral emprunte pour utiliser son propre argent… Je pense que le temps viendra où les gens demanderont que cela soit changé. Je pense que le temps viendra dans ce pays où ils viendront nous accuser, vous, moi, et toute personne liée au Congrès, d’être resté assis sans rien faire et d’avoir permis à un système aussi stupide d’être perpétué.

Maurice Allais,
Prix Nobel de Sciences Économiques 1988
Par essence, la création monétaire ex nihilo que pratiquent les banques est semblable, je n’hésite pas à le dire pour que les gens comprennent bien ce qui est en jeu ici, à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimée par la loi. Concrètement elle aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents

Henry Makow
Les banquiers gouvernent le monde grâce à la dette qui correspond à l’argent créé à partir du néant. Ils ont besoin de gouverner le monde pour s’assurer qu’aucun pays ne faiblisse ou ne tente de les renverser. Aussi longtemps que les banques privées, au lieu des gouvernements, contrôleront la création de l’argent, la race humaine sera condamnée. Ces banquiers et leurs alliés ont tout acheté et tout le monde. (voila pourquoi les banquiers veulent un gouvernement mondiale).

"Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, Time Magazine et d'autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque 40 ans. Il nous aurait été impossible de développer nos plans pour le monde si nous avions été assujettis à l'exposition publique durant toutes ces années. Mais le monde est maintenant plus sophistiqué et préparé à entrer dans un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d'une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l'autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés."

David Rockefeller Président et fondateur du Groupe de Bilderberg et de la Commission Trilatérale. Président du CFR. Propos tenus à la rénion du Groupe de Bilderberg à Baden Baden en 1991

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans NWO
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Philip Dru
  • Le blog de Philip Dru
  • : Depuis cinq ans je suis l'actualité sur le nouvel ordre mondial, le 11 septembre, la crise de la dette, les Young Leaders de la French-American Foundation. J'essaie de rassembler tout sur mon blog.
  • Contact

Profil

  • Philip Dru
  • J'ai fait ce blog par révolte sur le systeme financier, la création monétaire par le crédit, la reserve fractionnaire. La BCE prête notre argent à 0,05% au banques privées et elles le prêtent aux états à 3, 4, 5, 6, 7, 8...% donc à nous.
  • J'ai fait ce blog par révolte sur le systeme financier, la création monétaire par le crédit, la reserve fractionnaire. La BCE prête notre argent à 0,05% au banques privées et elles le prêtent aux états à 3, 4, 5, 6, 7, 8...% donc à nous.

Recherche

Texte Libre

Revenir à l'accueil

 

Contact

 

 

 

Code barres 666

 

 
Je ne suis pas responsable des publicités sur mon blog. Over-blog impose des pubs à tous les blogs non prémium. Voici un extrait de leur mail : "Pour continuer de vous fournir un espace d’expression libre, gratuit et facile d’accès, votre blog intégrera prochainement quelques espaces publicitaires. Ce changement va nous permettre de continuer de vous apporter un service de qualité. De nombreuses nouveautés vont bientôt voir le jour, vous permettant d’améliorer vos publications et de renforcer votre présence sur le web".
 
Sinon voila la solution :
 
Certaines pubs passent au-dessus d'adblock, désolé.
Marre des pubs ?  Téléchargez  Adblock plus  pour Firefox, Chrome, Android, Opera, Internet Explorer, Safari. Vidéo . Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube.
 
 
Philip Dru Administrator   

Qui aurait pu croire qu'un petit
bouton rouge pouvait faire
autant de choses?
(Cliquez dessus)

 

 

 

Le retour de la boxnews chatango!