Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 14:58

 

Source : Darth Walker par Agoravox.tv

« Depuis quelques jours, des voix se font entendre dans les grands médias pour dénoncer la désinformation qui sévit sur la guerre en Syrie, et plus particulièrement sur la bataille d’Alep, au sein de ces mêmes grands médias.

 

 

La dernière en date de ces dénonciations est celle d’Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Voici ce qu’il déclare le 21 décembre 2016 sur LCI face à Yves Calvi (entretien intégral ici) :

Éric Denécé : Un autre point qui me paraît important d’aborder, c’est ce qui se passe en ce moment à Alep. On est à mon sens sur une falsification de l’information qui est énorme. Bien sûr qu’il y a une guerre civile en Syrie, bien sûr que la situation d’Alep est inadmissible. Ceci dit, ça ne concerne que 30% d’Alep, ça concerne soit des civils qui sont pris en otages par des jihadistes, soit des gens qui refusent de quitter les quartiers parce qu’ils soutiennent ces mêmes jihadistes. On ne vous parle pas de tout ce qui se passe ailleurs en Syrie.

Yves Calvi : On se fait rouler dans la farine avec Alep ?

Éric Denécé : On se fait rouler dans la farine avec Alep. Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas des victimes innocentes qui périssent.

Yves Calvi : Y a bien une ville qui est détruite ?

Éric Denécé : Il y a un tiers, seulement un tiers des quartiers d’Alep qui sont victimes des bombardements, et j’insiste, c’est un tiers de la ville dans lequel des jihadistes dangereux sont présents, et ce sont ces jihadistes qui depuis des années tirent sur les quartiers chrétiens, tirent sur le reste de la ville, ce dont on ne parle jamais. On ne parle pas non plus du massacre humanitaire que conduisent les Saoudiens aujourd’hui au Yémen, où systématiquement des hôpitaux sont ciblés, où des sites archéologiques sont détruits. Un de nos contacts qui rentrait du terrain l’autre jour nous disait la chose suivante : il disait qu’en Syrie, il y a des tas d’endroits où les choses se passent bien, c’est vrai qu’on peut aller dîner dans la rue le soir dans les quartiers de Damas, les gens de Damas vont passer l’été dans des bungalows à Lattaquié au bord de la mer…

Yves Calvi : Ça rappelle une situation qu’on a notamment connue au Liban…

Éric Denécé : Voilà. Donc le pays n’est pas à feu et à sang. Au Yémen, c’est totalement différent, il n’y a quasiment pas 1 km² qui ne soit pas bombardé par les Saoudiens, dans lesquels les combats n’aient pas lieu, et on ne parle pas de cela. Il y a un autre point que je voudrais évoquer, c’est que nous avons eu dans les années 1990, dans une ancienne colonie française, le Congo, une guerre civile a fait 400 000 morts sur 4 millions d’habitants, c’est-à-dire 10% de la population. On n’en parle pas non plus. Donc aujourd’hui, le focus qui est mis sur la Syrie d’une part, et sur Alep avec les désinformations qui les accompagnent est une falsification complète de la réalité. Ce qui ne veut pas dire qu’on défende Bachar el-Assad, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait pas de victimes civiles qui disparaissent, mais il y a quelque chose d’extrêmement dangereux : pour un jeune islamiste aujourd’hui, la façon dont les médias occidentaux présentent la crise d’Alep est une motivation pour passer à l’action.

Yves Calvi : Comment l’expliquez-vous justement cette situation et ce manque de lucidité ? En l’occurrence, ce que vous êtes en train de nous expliquer l’a été, à ma surprise aussi, en partie, par les invités de l’émission que nous avons consacrée la semaine dernière à Alep. Et, je vous le dis franchement, je m’inquiétais d’être tout simplement en train de faire une émission révisionniste sur ce qui est en train de se passer au même moment et qui tire des larmes au monde entier…

Éric Denécé : Là, par exemple, c’est très frappant, on voit la communauté syrienne en France et dans d’autres pays européens qui est absolument scandalisée de voir la façon dont les médias présentent la situation. Je pense que nos médias, en France, je suis obligé de rester un peu général, sont un peu suivistes du mainstream médiatique qui est impulsé et imposé par les médias anglo-saxons et par les médias arabes qui, eux, ont intérêt à présenter la situation en Syrie comme quelque chose d’absolument scandaleux. Et comme toujours, 300 000 morts dans cette guerre, 5 ans de guerre civile, c’est quelque chose d’horrible, il y a à peu près 90 000 militaires qui ont été tués, il y a à peu près 60-70 000 personnes soutenant le régime, ou en tout cas neutres, qui ont été massacrées. On nous présente les faits comme si Bachar avait tué 90% de la population, ce qui est inexact, ce qui ne veut pas dire que ce soit un saint.

 

 

En voici la première intervention…

Frédéric Pons : On a assisté, en tout cas en Occident, en France, aux États-Unis, en Europe, à un déluge de mots extrêmement forts, on a parlé de génocide, de massacres à grande échelle. Il y a un peu de vrai et beaucoup d’intoxication, beaucoup de désinformation sur ce qui s’est passé. Le vrai, ce sont les bombardements au coeur d’une ville (…). On a oublié de dire, en tout cas les médias dominants, qu’il ne s’agit pas de l’ensemble de la ville d’Alep, il y a des précisions qui n’ont pas été données. Pour donner une échelle, les quartiers les plus détruits pourraient correspondre à un ou deux arrondissements de Paris. Le reste, ce qu’on appelle Alep-ouest, a été complètement épargné par les bombardements et les gens vivent là-bas. Quand on va là-bas, et je m’y suis rendu, les terrasses de cafés sont pleines de gens, alors qu’à Alep-est, ce sont des quartiers détruits où des gens se sont enterrés dans les caves pour échapper aux bombardements. (…)

Yves Calvi : Y a des témoignages abominables, on va achever les gens dans des hôpitaux…

Frédéric Pons : Parlons de ces témoignages. Quand je parle d’intoxication, de manipulation, on sait aujourd’hui qu’un certain nombre d’images présentées, venant d’Alep-est et de ces quartiers, ont été manipulées, un certain nombre de tweets de ces messages avec des personnes, des gens angoissés racontant leur calvaire, tout ça a été manipulé par la propagande islamiste. Nos médias ne l’ont pas dit, on le sait aujourd’hui. On sait aussi qu’une grande partie des bilans annoncés repose sur peu de choses, on sait que cet Observatoire syrien des droits de l’homme, qui est basé à Londres et qui est représenté par une seule personne, ne donne qu’une partie de la vérité, et les 400 000 morts annoncés aujourd’hui sur l’ensemble de cette guerre sont probablement à réduire de moitié.

 

***

Le 15 décembre, sur France Info, André Bercoff s’insurgeait déjà contre la désinformation des médias sur Alep :

 

 

Le 14 décembre, dans le 20h de France 2, Etienne Leenhardt (directeur-adjoint de l’information de France 2) admettait que les rebelles d’Alep étaient pour l’essentiel des soldats d’Al Qaida :

 

 

Du côté de la presse écrite, on pourra noter l’entretien donné le 16 décembre au Figaro par Caroline Galactéros, docteur en science politique et colonel au sein de la réserve opérationnelle des Armées. Voici son jugement sur le traitement médiatique de la bataille d’Alep :

 

« Si vous me pardonnez cette franchise, je le trouve globalement déplorable et surtout dangereux. Par ignorance, goût du sensationnalisme et de la polarisation manichéenne des situations, confiance excessive dans les réseaux sociaux, ou par inclination à relayer la doxa véhiculée par le pouvoir et ses alliés, la plupart des médias se sont engouffrés depuis des mois dans la brèche de la facilité et ont relayé bien des informations parcellaires voire fausses (cf. l’affaire des « Casques Blancs » ou « l’opération OSDH » – source unique elle aussi anglaise, clairement contestable et pourtant devenue la référence depuis cinq ans). Ils ont en conséquence nourri une interprétation déformée des enjeux et des faits. Bref, l’immense majorité des médias occidentaux s’est fait la caisse de résonnance naïve ou parfois sciemment compliced’une vaste entreprise de désinformation sur la nature des « rebelles », les objectifs réels de la guerre, l’idée même d’une guerre civile ou encore la dimension confessionnelle du conflit de fait secondaire mais montée en épingle, etc… »

 

Elle ajoutera que, « depuis quatre ans, il n’y a plus un « rebelle modéré » en Syrie. C’est une pure utopie voire un mensonge éhonté et délibéré. »

Le 20 décembre, un article du site de France-Info se demande : « Qui sont les rebelles encore présents à Alep ? » Au sein de la constellation de groupes armés, « le plus radical est le Front Fatah Al-Cham, le nouveau nom du Front Al-Nosra, l’ancienne filiale d’Al-Qaïda en Syrie« . Il adopte une « ligne jihadiste radicale : ses membres revendiquent la création d’un État islamique et l’application stricte de la charia« .

On trouve aussi le mouvement Ahrar Al-Cham, qui « prône l’application stricte de la charia« .France Info précise :

 

« Dans certaines zones qu’il contrôle à Alep, le groupe a imposé le port de la burqa, note l’Institute for the study of war, un think-tank américain. Ils organisent aussi des attentats à la voiture piégée, mais n’appellent pas à un jihad global hors des frontières syriennes, contrairement à d’autres groupes jihadistes. Malgré l’idéologie radicale du groupe, les Etats-Unis ont fourni des missiles anti-chars à Ahrar Al-Cham jusqu’en 2015, précise le document. »

 

Une autre coalition se nomme Fatah Halab et constitue « environ la moitié du contingent rebelle au sein la ville » : « On y trouve à la fois des groupes islamistes, des organisations militaires plus neutres et certaines forces qui prônent la mise en place d’un régime démocratique.« 

Difficile de trouver une cohérence idéologique au sein de cette alliance, concède France Info :

 

« Des groupes proches des Frères musulmans y combattent aux côtés d’anciens militaires de l’armée syrienne ayant fait défection. On y retrouve aussi l’Armée syrienne libre (ASL) (…). L’ASL est loin de correspondre désormais à la perception que l’on en a en Occident, c’est-à-dire modérée et en faveur de la laïcité, du moins sur le terrain alépin. Les groupes ou les brigades qui lui sont affiliés ne sont pas jihadistes, certes, mais les Frères musulmans, qui y sont largement représentés, cherchent bel et bien à instaurer la charia« , explique au Monde diplomatique Fabrice Balanche, géographe spécialiste de la Syrie. »

 

Déjà, dans un article du Monde du 15 mars 2016, on apprenait que l’Armée syrienne libre était désormais « sous la coupe d’Al-Nosra ».

Bref, les rebelles apparaissent composés de jihadistes, d’islamistes purs et durs, et de groupes hétéroclites, dominés par des extrémistes. Et dire que certains continuent de les soutenir en espérant qu’en jaillissent la démocratie… »

 

LE COMMENTAIRE DU LABO SOLEIL VERT 

A la lumière de ces témoignages et de ces expertises, que comptent faire Facebook, Google et Twitter pour éradiquer toutes ces fausses informations colportées par lesgrands médias alignés, les lobbys oligarchiques et la CIA ?

Voilà encore un terrain déserté par les bien pensants et les inverseurs de valeurs et de réalité…

 

 

Le travail à accomplir pour rétablir s’annonce immense, et Google, Twitter, Facebook et tous les lobbys qui se seront corrompus dans cette affaire syrienne et bien d’autres devront être jugés et rendre des comptes y compris leurs détenteurs et y compris sur le plan pénal.

Le retour à la Vérité pourra difficilement se passer d’une purge complète des grands médias et des réseaux d’information, certes non violente, mais radicale.

Source: 713705.net

 

Autres articles intéressants:

1) La France décerne des prix de journalisme...à des djihadistes adeptes d'al nosra (fawkes-news.com)

2) BestOf2016 : Alep libérée: la population en liesse. Les médias désinforment plus que jamais...(fawkes-news.com)

3) Syrie : quand les médias font l’apologie du terrorisme (fawkes-news.com)

4) «Atrocités» de l'armée syrienne: les sources des médias mainstream exposées (fawkes-news.com)

5) Mère Agnès Mariam de la Croix, en direct de Syrie : "les journalistes ont vendu leur âme au diable!" (fawkes-news.com)

6) ONU : Une journaliste démonte en deux minutes la rhétorique des médias principaux sur la Syrie (fawkes-news.com)

7) BestOf2016 : Casques Blancs: Honte au gouvernement qui a accueilli un groupe de soutien terroriste à l'Assemblée Nationale et à l'Elysée (fawkes-news.com)

8) Operation Gladio/B (wikispooks.com)

9) La journaliste Aude Lancelin, virée de « L’OBS » à la demande de François Hollande: "L'ensemble des médias est sous la coupe du CAC 40" (fawkes-news.com)

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Syrie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Philip Dru
  • Le blog de Philip Dru
  • : Depuis cinq ans je suis l'actualité sur le nouvel ordre mondial, le 11 septembre, la crise de la dette, les Young Leaders de la French-American Foundation. J'essaie de rassembler tout sur mon blog.
  • Contact

Profil

  • Philip Dru
  • J'ai fait ce blog par révolte sur le systeme financier, la création monétaire par le crédit, la reserve fractionnaire. La BCE prête notre argent à 0,05% au banques privées et elles le prêtent aux états à 3, 4, 5, 6, 7, 8...% donc à nous.
  • J'ai fait ce blog par révolte sur le systeme financier, la création monétaire par le crédit, la reserve fractionnaire. La BCE prête notre argent à 0,05% au banques privées et elles le prêtent aux états à 3, 4, 5, 6, 7, 8...% donc à nous.

Recherche

Texte Libre

Revenir à l'accueil

 

Contact

 

 

 

Code barres 666

 

 
Je ne suis pas responsable des publicités sur mon blog. Over-blog impose des pubs à tous les blogs non prémium. Voici un extrait de leur mail : "Pour continuer de vous fournir un espace d’expression libre, gratuit et facile d’accès, votre blog intégrera prochainement quelques espaces publicitaires. Ce changement va nous permettre de continuer de vous apporter un service de qualité. De nombreuses nouveautés vont bientôt voir le jour, vous permettant d’améliorer vos publications et de renforcer votre présence sur le web".
 
Sinon voila la solution :
 
Certaines pubs passent au-dessus d'adblock, désolé.
Marre des pubs ?  Téléchargez  Adblock plus  pour Firefox, Chrome, Android, Opera, Internet Explorer, Safari. Vidéo . Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube.
 
 
Philip Dru Administrator   

Qui aurait pu croire qu'un petit
bouton rouge pouvait faire
autant de choses?
(Cliquez dessus)

 

 

 

Le retour de la boxnews chatango!