Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 16:22

 

Article de 15h avant MAJ de 16:58

 

Stavros Dimas, l'ancien Commissaire européen qui était le candidat du gouvernement grec à l'élection présidentielle, a définitivement perdu lundi l'élection devant le Parlement, ce qui implique que celui-ci sera dissous dans les dix jours, et que des législatives anticipées vont avoir lieu. La Bourse d'Athènes a cédé plus de 11% après ce résultat, les marchés redoutant une arrivée au pouvoir du parti de gauche radicale Syriza.

 

Vue générale en date du 17 décembre 2014 du parlement grec à Athènes   Alexis Tsipras, chef du parti anti-austérité Syriza, le 17 décembre 2014 au Parlement à Athènes   Le Premier ministre grec Antonis Samaras le 23 décembre 2014 à Athènes

 

1) Vue générale en date du 17 décembre 2014 du parlement grec à Athènes - Louisa Gouliamaki

2) Alexis Tsipras, chef du parti anti-austérité Syriza, le 17 décembre 2014 au Parlement à Athènes - Louisa Gouliamaki

3) Le Premier ministre grec Antonis Samaras le 23 décembre 2014 à Athènes - Aris Messinis

 

 

M. Dimas, qui devait réunir 180 voix sur son nom lors de ce troisième et dernier tour, n'en a réuni que 168, soit exactement le même score qu'il y a six jours au deuxième tour (après 160 au premier tour).

Avec ce vote, les Grecs signifient leur opposition, moins à Stavros Dimas qu'à la poursuite de la politique d'austérité qui pèse depuis quatre ans sur les Grecs, sous l'égide du gouvernement de coalition droite-socialistes du conservateur Antonis Samaras.

Le Parlement sera dissous dans les dix jours, et des élections législatives auront lieu, sans doute le 25 janvier.

Antonis Samaras est apparu samedi à la télévision publique NERIT, semblant résigné à cette perspective, même s'il a assuré "avoir fait et faire encore tout ce qui est en son pouvoir" pour éviter de telles élections. Il a morigéné par avance les petits partis qui s'allieraient objectivement à Syriza, favori des sondages, pour "lancer la Grèce dans une nouvelle aventure".

Le ministre des Finances Guikas Hardouvelis a même brandi dimanche le spectre de la ruine des petits épargnants, sous couvert de rassurer : le gouvernement "se prépare à affronter tous les remous", a-t-il dit, il est bien armé grâce "à ses lois sauvegardant l'épargne" des Grecs, à "ses relations constantes avec les autres états membres de l'UE", et sa manière de rester "en alerte et vigilant".

 

Emphase

Une manière de décrire avec emphase l'arrivée du parti Syriza d'Alexis Tsipras comme un risque majeur, même si la période n'est pas forcément propice aux grands bouleversements : la Grèce, qui espérait en finir cette fin d'année avec la troïka de ses créanciers (UE, FMI et BCE), engagés depuis 2010 à lui fournir 240 milliards d'euros de prêts en échanges de réformes drastiques, a dû en effet accepter un allongement jusqu'en février des programmes d'aide (novlangue pour dire prêts à taux usuraires).

Les discussions achoppent en effet sur plusieurs points. Or, de leur issue dépend notamment le versement crucial de 7,2 milliards d'euros.

Samedi, dans une interview au quotidien Bild, le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a prévenu que "de nouvelles élections ne changent rien à la dette grecque (175% du PIB, ndlr). Chaque nouveau gouvernement doit respecter les accords pris par ses prédécesseurs", a-t-il lancé à l'adresse de Syriza qui souhaite en effet une réduction de cette dette.

L'économiste Jésus Castillo, de Natixis, pense cependant que les "propos d'estrade" de Alexis Tsipras feront place au "réalisme" s'il est élu. Le leader de Syriza vient d'ailleurs de s'engager à ne pas agir de manière "unilatérale" sur la dette.

Quant à Antonis Samaras, il peut encore compter sur les hésitations des électeurs, en cas de législatives anticipées.

 

La Bourse d'Athènes chute

La chute de la Bourse d'Athènes s'est spectaculairement accélérée lundi, l'indice général cédant plus de 11% après l'échec du candidat du gouvernement à l'élection présidentielle.

L'indice général, qui évoluait déjà à -8% environ avant le vote, a cédé plus de 10% pendant le scrutin, quand les cambistes ont eu la confirmation, en entendant les députés voter un à un, que l'ancien Commissaire européen Stavros Dimas ne pourrait pas l'emporter.

L'indice a cédé jusqu'à 11,22% après l'échec de M. Dimas, promettant une prochaine victoire aux législatives du parti anti-austérité Syriza.

Vers 12H00 (11H00 GMT), le taux d'emprunt à 10 ans de la Grèce bondissait à 9,550% contre 8,501% mercredi à la clôture sur le marché secondaire où s'échange la dette déjà émise.

Pour rappel : les banques qui prêtent à la Grece empruntent à 0,16% (taux directeur) à la BCE, donc elles font un bénéfice de 9,39 % sur le dos des grecs. C'est du vol !!! Sans parler du système de réserves fractionnaires . Les aides (novlangue pour dire prêts usuraires) de U.E. vers la Grèce sont partis directement dans la poche des banques détentrices de la dette grecque et ont endetté encore plus le pays (dette publique de 175% du PIB). 

 

la preuve ici : Ce qu’on fait subir à la Grèce est scandaleux

 

Vu sur : Lesmoutonsenragés.fr

Pour voir les banques en question c'est en fin d'article...

 

La Commission européenne en appelle aux électeurs grecs

Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a réagi en appelant les électeurs grecs à soutenir les réformes "favorables à la croissance" lors des législatives .

"Un engagement fort envers l'Europe et un large soutien de la part des électeurs et des dirigeants politiques grecs envers le nécessaire processus de réformes favorables à la croissance sont essentiels pour que la Grèce prospère à nouveau au sein de la zone euro", écrit-il dans un communiqué.

Le fait que le candidat du gouvernement grec, Stavros Dimas, n'ait pas été élu à la présidence est un revers pour la Commission. Une de ses porte-parole avait déclaré début décembre que le choix de Stavros Dimas "un ancien commissaire européen et un Européen convaincu", était "un signal fort à l'Europe".

Pierre Moscovici, qui s'est rendu à Athènes ces dernières semaines, n'a pas rencontré Alexis Tsipras, expliquant que son voyage était "une visite de travail en tant que commissaire européen auprès des autorités grecques". "Le peuple grec va choisir son destin. Nous ne devons pas influencer, mais une fois de plus il est logique que nous parlions avec les personnes légitimes qui font et pensent comme nous", avait-il affirmé.

Cela s'appel de l'ingèrence de l'Union Européenné dans les affaires d'un état souverain !!!

 

----------------------------------------------------------------

 

Source : Demonocracy.info

 

Who Loaned Greece the Money - Detail by Lender
A whole lot of banks and institutions loaned Greece the money, now Banks fear they won't be getting back.
The information comes from Bloomberg via ZeroHedge (archive 2011)

 

 

€2.0B
FROM:
FRANCE
CNP Assurances
€2.0B
FROM:
FRANCE
Groupama
Money borrowed by Greece - CNP Assurances & Groupama

 

€2.3B
FROM:
GREECE
Marfin Group
€2.9B
FROM:
FRANCE
Société Générale
Money borrowed by Greece - Marfin Investment & Société Générale

 

€2.9B
FROM:
GERMANY
Commerzbank
€3.0B
FROM:
ITALY
Generali Group
Money borrowed by Greece - Commerzbank & Generali Group

 

€3.7B
FROM:
GREECE
Alpha Bank
€4.6B
FROM:
GREECE
Deutsche Bank
Money borrowed by Greece - Alpha Bank & ATE Bank

 

€5.0B
FROM:
FRANCE
BNP Paribas
€6.0B
FROM:
GREECE
Bank of Greece
Money borrowed by Greece - BNP Paribas & Bank of Greece

 

€6.3B
FROM:
GERMANY
FMS Wertmanagement
€8.0B
FROM:
GREECE
Piraeus Bank
Money borrowed by Greece - BNP Paribas & Bank of Greece

 

€9.0B
FROM:
GREECE
Eurobank EFG
€13.1B
FROM:
EUROPE
National Central Banks
Money borrowed by Greece - Eurobank EFG & European National Central Banks

 

€18.6B
FROM:
GREECE
National Bank of Greece
€15.0B
FROM:
EUROPE
IMF
Money borrowed by Greece - National Bank of Greece & International Monetary Fund

 

€25.0B
FROM:
EARTH
World Governments
€30.0B
FROM:
GREECE
Greek Public Sector
Money borrowed by Greece - World Governments & Greek Public Sector

 

€38.0B
FROM:
EUROPE
European Union
€45.0B
FROM:
EUROPE
Eurosystem SMP
Money borrowed by Greece - European Union & Eurosystem SMP

 

€110.9B
FROM:
EARTH
Everyone Else
Money borrowed by Greece - Everyone else

 

€360 Billion - Greece Total Debt

€360,000,000,000 - This is Greece's entire government debt.
It sure sucks if they would actually have to physically transport it.
Instead they can do it for a $40 wire fee.

 

Greece Loans Lineup

 

The Army of Debt

€360 Billion Euro Army of Debt heading towards Greece to infest itself on the government.

"Democracy is when the indigent, and not the men of property, are the rulers." - Aristotle
 

Greece Bond / Securities Holders Lineup
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Dru - dans Grèce
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Philip Dru
  • Le blog de Philip Dru
  • : Depuis cinq ans je suis l'actualité sur le nouvel ordre mondial, le 11 septembre, la crise de la dette, les Young Leaders de la French-American Foundation. J'essaie de rassembler tout sur mon blog.
  • Contact

Profil

  • Philip Dru
  • J'ai fait ce blog par révolte sur le systeme financier, la création monétaire par le crédit, la reserve fractionnaire. La BCE prête notre argent à 0,05% au banques privées et elles le prêtent aux états à 3, 4, 5, 6, 7, 8...% donc à nous.
  • J'ai fait ce blog par révolte sur le systeme financier, la création monétaire par le crédit, la reserve fractionnaire. La BCE prête notre argent à 0,05% au banques privées et elles le prêtent aux états à 3, 4, 5, 6, 7, 8...% donc à nous.

Recherche

Texte Libre

Revenir à l'accueil

 

Contact

 

 

 

Code barres 666

 

 
Je ne suis pas responsable des publicités sur mon blog. Over-blog impose des pubs à tous les blogs non prémium. Voici un extrait de leur mail : "Pour continuer de vous fournir un espace d’expression libre, gratuit et facile d’accès, votre blog intégrera prochainement quelques espaces publicitaires. Ce changement va nous permettre de continuer de vous apporter un service de qualité. De nombreuses nouveautés vont bientôt voir le jour, vous permettant d’améliorer vos publications et de renforcer votre présence sur le web".
 
Sinon voila la solution :
 
Certaines pubs passent au-dessus d'adblock, désolé.
Marre des pubs ?  Téléchargez  Adblock plus  pour Firefox, Chrome, Android, Opera, Internet Explorer, Safari. Vidéo . Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube.
 
 
Philip Dru Administrator   

Qui aurait pu croire qu'un petit
bouton rouge pouvait faire
autant de choses?
(Cliquez dessus)

 

 

 

Le retour de la boxnews chatango!